Actualités scientifiques sur les édulcorants (Partie A) : retour sur l’année 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Informations clés :

  • De nouveaux rapports et études publiés en 2021 confirment la sécurité et le rôle des édulcorants dans la réduction des sucres et des calories, qui pourrait à son tour contribuer à la gestion du poids.
  • L’utilisation des édulcorants à la place de la saccharose pourrait également offrir des perspectives prometteuses pour le contrôle des caries, selon les auteurs d’une étude récente.
  • Une nouvelle enquête signale que la communication d’informations sur les édulcorants par des organismes gouvernementaux de santé fiables peut aider les personnes à faire des choix éclairés sur l’utilisation des édulcorants.

 

Suivant une tradition établie depuis quatre ans qui consiste à présenter dans un article de synthèse les principales conclusions de la recherche sur la science des édulcorants, le présent article de l’ISA résume les principaux résultats des études scientifiques les plus intéressantes publiées en 2021.

L’EFSA confirme à nouveau l’innocuité de la thaumatine

Dans un avis scientifique publié en 2021, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a confirmé une nouvelle fois que l’utilisation de la thaumatine dans les aliments et boissons ne présente aucun risque et que les niveaux actuels d’exposition de cet édulcorant ne posent aucun problème de sécurité1. Dans leur analyse, les experts scientifiques de l’EFSA ont évalué l’ensemble des preuves scientifiques disponibles, dont les données toxicologiques, de consommation et épidémiologiques, et ont conclu que la thaumatine, une protéine digestible, est sûre lorsqu’elle est utilisée comme additif alimentaire. La réévaluation de la thaumatine a fait partie du processus de réévaluation entrepris par l’EFSA de tous les additifs alimentaires dont l’usage a été autorisé dans l’Union européenne avant janvier 2009, y compris les édulcorants.

Une nouvelle étude explique pourquoi il est important de communiquer les informations provenant d’organisations fiables

Une étude réalisée au Royaume-Uni, menée auprès de 1 589 participants, a révélé que lorsque les participants étaient informés des positions des organismes scientifiques et de réglementation, tels que l’Autorité européenne de sécurité des aliments, sur la sécurité et le rôle des édulcorants, ceux-ci modifiaient considérablement leurs points de vue sur la perception des risques et amélioraient leurs connaissances sur les bénéfices des édulcorants2. En effet, le manque de connaissance de la réglementation ayant trait aux édulcorants était associé à une perception de risques élevés. Les auteurs ont conclu que le développement de bonnes stratégies de communication pour sensibiliser les consommateurs sur les positions des agences gouvernementales et des organismes professionnels de santé fiables peut les aider à faire des choix éclairés.

Édulcorants, apport énergétique et poids corporel : les preuves issues des nouvelles revues

Une nouvelle revue systématique et une méta-analyse des essais contrôlés randomisés (ECR) examinant les effets des précharges non édulcorées (eau) et édulcorées avec des édulcorants caloriques ou à faible teneur en calories/sans calories sur les apports énergétiques ultérieurs, ont été publiées au début de l’année 20213. Les résultats de la méta-analyse ont démontré que la consommation d’édulcorants à la place de boissons et d’aliments édulcorés avec du sucre conduit à une diminution de l’apport calorique de 130 calories en moyenne. Aucune différence n’a été détectée lorsque les édulcorants ont été comparés avec de l’eau. Ces conclusions soutiennent l’affirmation selon laquelle les boissons édulcorées peu caloriques/sans calories et celles non édulcorées peuvent toutes deux contribuer à contrôler le poids corporel en limitant l’apport calorique, lorsqu’elles sont utilisées pour remplacer les boissons et les aliments édulcorés avec du sucre, Les auteurs sont également arrivés à la conclusion que le goût sucré en soi n’a pas d’incidence sur l’intensité de l’apport énergétique, puisque les options non édulcorées et édulcorées ont eu un résultat similaire sur l’apport calorique.

Une autre publication intéressante de cette année est une analyse des citations des revues publiées qui examinent l’effet des édulcorants sur le poids corporel4. L’étude a observé que les revues publiées concluant à une relation bénéfique entre les édulcorants et le poids corporel citent principalement des ECR, le modèle de référence dans la recherche clinique et nutritionnelle, alors que les revues concluant à une relation négative citent principalement des études d’observation, considérées comme étant de moindre qualité. Les auteurs ont conclu que, dans l’ensemble, l’utilisation incohérente et sélective des preuves disponibles peut expliquer la diversité des conclusions des revues sur les édulcorants et le poids corporel citées dans la littérature scientifique.

Édulcorants et santé bucco-dentaire : de nouvelles preuves de leurs bénéfices

Le rôle des édulcorants dans la santé bucco-dentaire, lorsqu’ils sont utilisés à la place des sucres, est bien documenté. Par ailleurs, de nouvelles données publiées cette année apportent des preuves supplémentaires de cette relation. Une nouvelle étude examinant les effets de quatre édulcorants (l’acésulfame-K, l’aspartame, la saccharine et le sucralose) a démontré que ces édulcorants inhibent le potentiel cariogène des biofilms en maintenant l’équilibre microbien5. Les auteurs de l’étude concluent que ces résultats confirment que l’acésulfame-K, l’aspartame, la saccharine et le sucralose possèdent un potentiel cariogène moindre que le saccharose, ce qui pourrait avoir des perspectives prometteuses dans le contrôle des caries.

Pour en savoir plus sur l’actualité scientifique des édulcorants, nous vous invitons également à lire l’article « Actualités scientifiques sur les édulcorants (Partie B) : retour sur les événements scientifiques de 2021 », qui résume les principaux résultats des événements scientifiques célébrés en 2021.

Nous espérons que vous avez apprécié la lecture de ce nouvel article de l’ISA qui vous offre le bilan de l’année écoulée. Pour notre part, nous continuerons l’année prochaine à vous présenter les actualités scientifiques les plus récentes et importantes sur les édulcorants, et nous vous souhaitons une année 2022 heureuse et saine !

  1. EFSA Panel on Food Additives and Flavourings (FAF). Re-evaluation of thaumatin (E 957) as a food additive. EFSA Journal 2021 Nov 30;19(11):e06884. doi: 10.2903/j.efsa.2021.6884. eCollection 2021 Nov.
  2. Farhat G, Dewison F, Stevenson L. Knowledge and Perceptions of Non-Nutritive Sweeteners Within the UK Adult Population. Nutrients 2021;13(2):444
  3. Lee HY, Jack M, Poon T, Noori D, Venditti C, Hamamji S, Musa-Veloso K. Effects of unsweetened preloads and preloads sweetened with caloric or low-/no-calorie sweeteners on subsequent energy intakes: A systematic review and meta-analysis of controlled human intervention studies. Advances in Nutrition 2021;12(4):1481-1499. doi:10.1093/advances/nmaa157
  4. Normand M, Ritz C, Mela D, Raben A. Low-energy sweetenes and body weight: a citation network analysis. BMJ Nutrition, Prevention & Health 2021;4. doi: 10.1136/bmjnph-2020-000210
  5. Zhu J, Liu J, Li Z, Xi R, Li Y, Peng X, Xu X, Zheng X, Zhou X. The Effects of Nonnutritive Sweeteners on the Cariogenic Potential of Oral Microbiome. BioMed Research International 2021; 9967035. doi: 10.1155/2021/9967035