Retour sur l’année : quoi de neuf sur les édulcorants ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Un examen scientifique en 2019

Informations clés :

  • Les associations du diabète du monde entier affirment que la substitution des sucres par des édulcorants peut constituer une stratégie utile pour aider à contrôler le glucose et le poids chez les personnes diabétiques.
  • Puisqu’elles contribuent au plaisir de manger et à contrôler les fringales, les boissons édulcorées peu ou non caloriques peuvent aider les consommateurs à moins manger, comme le révèlent de nouvelles études.
  • Il n’existe aucune preuve qui affirme que les édulcorants ont un effet négatif sur le microbiote intestinal
  • Des spécialistes en pédiatrie concluent que les enfants atteints d’obésité et de diabète de type 1 et 2 peuvent bénéficier de l’utilisation des édulcorants, s’ils sont employés à la place des sucres et appellent à entreprendre plus de recherches afin d’étudier les bénéfices à long terme chez les enfants.

Les édulcorants figurent parmi les ingrédients les plus étudiés au monde, et les nouvelles recherches, publiées chaque année, apportent des preuves supplémentaires à nos connaissances actuelles. En 2019, le rôle des édulcorants dans le contrôle du glucose et du poids chez les enfants et les adultes ont suscité un vif intérêt auprès des scientifiques. De nouvelles études d’observation, des essais cliniques humains de meilleure qualité, diverses revues systématiques, des déclarations de position et des consensus d’experts ont été publiées cette même année. Le présent article vise à fournir un examen scientifique de cette année, dont le résumé des principaux résultats des publications et des présentations les plus significatives effectuées dans les plus importants congrès scientifiques.

Les édulcorants dans le contrôle du glucose : les organisations liées au diabète affirment leur utilité

Les organisations liées au diabète des États-Unis, du Royaume-Uni et d’Amérique latine ont récemment réaffirmé leurs positions concernant l’utilisation des édulcorants dans le diabète et ont confirmé de nouveau le rôle utile des substituts du sucre dans le contrôle du poids et du glucose.

Un rapport consensuel de l’Association américaine du diabète (ADA) confirme que remplacer les sucres ajoutés par des substituts du sucre pourrait réduire la consommation quotidienne des glucides et des calories (Evert et al., 2019). Ces changements diététiques pourraient avoir des effets positifs sur le contrôle cardiométabolique, de la glycémie et du poids, à condition que les personnes évitent de compenser ces changements par une ingestion additionnelle de calories provenant d’autres sources alimentaires. De la même manière, Diabetes UK parvint à la conclusion que remplacer les sucres libres par des édulcorants (LNCS en anglais) pourrait être une stratégie utile pouvant aider à contrôler le glucose et que : « Il a été démontré que les LNCS sont sûrs et qu’ils peuvent faire partie d’une stratégie de contrôle du poids et du diabète chez les enfants et les adultes ». Le consensus de l’Association latino-américaine du diabète (ALAD) est conforme aux deux autres rapports et affirme que la consommation des édulcorants ne présente pas de risque lorsque les niveaux de la dose journalière admissible (DJA) sont respectés et que leur utilisation peut aider à réduire les calories, à perdre du poids et à contrôler le glucose, s’ils sont utilisés pour remplacer le sucre dans le cadre d’un plan diététique structuré.

Pour consulter les conclusions récemment publiées sur les positions des associations du diabète du monde entier, nous vous invitons à lire l’article disponible ici.

Les édulcorants, la satisfaction alimentaire et le contrôle de la prise alimentaire

Deux nouvelles études publiées cette année par l’Université de Liverpool et présentées lors de la 13e Conférence européenne sur la nutrition – FENS 2019, ont révélé que les boissons édulcorées peu ou non caloriques peuvent bénéficier à certaines personnes, car elles permettent à la fois de réduire leur apport calorique et de satisfaire leur envie de sucre (Maloney et al., 2019). En général, les études suggèrent que les édulcorants peuvent aider certaines personnes à moins manger et à contrôler leurs fringales, mais aussi à prendre plaisir à manger, tout en leur permettant d’exercer plus de contrôle et de se sentir moins coupables vis-à-vis de leur alimentation. Ainsi, les édulcorants peuvent aider les personnes qui consomment régulièrement des boissons diététiques à contrôler leur prise alimentaire et à respecter leur programme de contrôle de poids, mais également à profiter d’une alimentation plus savoureuse et à obtenir une plus grande satisfaction alimentaire.

Pour consulter les conclusions des deux études de Maloney et al., nous vous invitons à lire l’article disponible ici.

De nouvelles recherches : édulcorants et microbiote intestinal

Au fur et à mesure que l’intérêt pour les effets de l’alimentation sur le microbiote intestinal augmente, la recherche axée sur l’impact de chacun des ingrédients présents dans notre alimentation progresse elle aussi. Néanmoins, jusqu’à présent, la majorité des recherches publiées sur les édulcorants et le microbiote intestinal ont été réalisées sur des animaux et ont utilisé des quantités extrêmement élevées de l’édulcorant testé, alors que seules trois études ont été réalisées sur des sujets humains ; celles-ci étant de faible qualité et présentent d’importantes limites, telles que le nombre réduit de participants, un groupe de contrôle inexistant, une alimentation non contrôlée, etc.

En examinant les données disponibles issues des études in vivo, Lobach et al. ont identifié un total de 17 études qui analysaient l’administration des édulcorants aux animaux (14 études) ou aux sujets humains (2 études), et leurs effets sur le microbiote intestinal (Lobach et al., 2019). Les auteurs ont conclu que les études actuelles n’établissaient pas de preuves évidentes permettant d’affirmer les effets négatifs des édulcorants sur le microbiote intestinal aux doses correspondantes à la consommation humaine. En vue d’évaluer l’impact potentiel des édulcorants sur le microbiote intestinal, les recherches futures devraient inclure des essais correctement conçus et contrôlés, employer des doses adaptées aux niveaux réels de la consommation humaine et des échantillons de sujets appropriés. Dans le but d’éviter des effets de confusion, il est également nécessaire d’effectuer un contrôle scrupuleux des autres facteurs dont on sait qu’ils affectent la microflore intestinale, tels que les changements dans la consommation alimentaire et dans la composition des aliments.

Pour consulter les résultats des revues consacrées à ce sujet et récemment publiées, nous vous invitons à lire l’article disponible ici.

Les édulcorants chez les enfants : une étude de haute qualité indique des bénéfices potentiels

L’Académie américaine de pédiatrie (AAP) a publié récemment une déclaration de politique portant sur l’utilisation des édulcorants chez les enfants (Baker-Smith et al., 2019). Bien que le rapport appelle à davantage de recherches de qualité sur l’utilisation à long terme des édulcorants chez les enfants, les recommandations dirigées aux pédiatres établissent que des données de meilleure qualité indiquent que l’utilisation des édulcorants est associée à la stabilisation du poids et/ou à la perte de poids à court terme et que : « Lorsqu’ils remplacent les boissons ou les aliments édulcorés contenant des calories, les ENN (édulcorants non nutritifs) peuvent réduire la prise de poids ou favoriser de petites pertes de poids (+-1 kg) chez les enfants (et les adultes) ; néanmoins, les données restent limitées et il est peu probable que seule l’utilisation des ENN conduise à une perte de poids substantielle ». Le rapport affirme également que les personnes atteintes par certaines maladies (par ex. l’obésité et le diabète mellitus de type 1 et 2) peuvent bénéficier de l’utilisation des édulcorants si ces derniers substituent les édulcorants caloriques. Concernant la santé bucco-dentaire, le rapport de l’AAP conclut que l’utilisation des édulcorants est également associée à une présence réduite de caries dentaires.

Pour consulter les conclusions de la déclaration de l’Académie américaine de pédiatrie sur l’utilisation des édulcorants chez les enfants, nous vous invitons à lire l’article disponible ici.

L’actualité des congrès de 2019

Grâce aux contributions des experts scientifiques de renommée internationale qui présentèrent les dernières avancées scientifiques sur les édulcorants, l’ISA a organisé cette année différents colloques lors d’importants congrès et événements scientifiques célébrés en Europe et en Amérique latine. En guise de rappel des principales conclusions scientifiques de ces événements célébrés en 2019, nous vous présentons ci-après une sélection des lectures les plus importantes :

  1. Actualité scientifique des sessions de l’ISA organisées lors du 31e Congrès national de la Fédération mexicaine du diabète (mars 2019) : « Les édulcorants dans le diabète : des médecins expliquent le rôle des édulcorants dans le contrôle du glucose » – veuillez cliquer ici pour lire l’article de l’ISA
  2. Actualité scientifique de la 13e Conférence européenne sur la nutrition – FENS 2019 (octobre 2019) : « Preuves scientifiques et recommandations sur l’utilisation et les avantages des édulcorants » – veuillez cliquer ici pour lire l’article de l’ISA
  3. Actualité scientifique de la 12e Conférence de l’EFAD 2019 (novembre 2019) : « Les édulcorants : sécurité, dernières recherches et recommandations » – veuillez cliquer ici pour lire l’article de l’ISA

Nous vous souhaitons une bonne lecture de l’examen scientifique de 2019. Pour notre part, nous continuerons l’année prochaine à vous offrir l’actualité scientifique la plus récente et la plus importante sur les édulcorants. Nous vous souhaitons nos meilleurs vœux pour 2020 !

  1. Baker-Smith CM, de Ferranti SD, Cochran WJ, AAP COMMITTEE ON NUTRITION, SECTION ON GASTROENTEROLOGY, HEPATOLOGY, AND NUTRITION. The Use of Nonnutritive Sweeteners in Children. Pediatrics. 2019;144(5):e20192765
  2. Diabetes UK. The use of low or no calorie sweeteners. Position Statement (Updated December 2018).
  3. Evert AB, Dennison M, Gardner CD, Garvey WT, Lau KHK, MacLeod J, Mitri J, Pereira RF, Rawlings K, Robinson S, Saslow L, Uelmen A, Urbanski PB, Yancy Jr. WS. Nutrition Therapy for Adults with Diabetes or Prediabetes: A Consensus Report. Diabetes Care. 2019 May;42(5):731-754
  4. Laviada-Molina H, Escobar-Duque ID, Pereyra E, Romo-Romo A, Brito-Córdova G, Carrasco-Piña E, González-Suárez R, López-García R, Molina-Seguí F, Mesa-Pérez JA. Consenso de la Asociación Latinoamericana de Diabetes sobre uso de edulcorantes no calóricos en personas con diabetes [Consensus of the Latin-American Association of Diabetes on low calorie sweeteners in persons with diabetes]. Rev ALAD. 2018;8:152-74
  5. Lobach A, Roberts A, Rowland I. Assessing the in vivo data on low/no-calorie sweeteners and the gut microbiota. Food and Chemical Toxicology 2019; 124: 385-399