De nouvelles études réfutent les hypothèses selon lesquelles les édulcorants à faible teneur en calories peuvent affecter la fonction intestinale ou provoquer un gain de poids

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

À la suite de changements réalistes et modestes dans vos habitudes alimentaires et de mode de vie, comme le remplacement du sucre par des édulcorants peu caloriques dans les aliments et les boissons, est une façon intelligente de réinitialiser le gain de poids. Cependant, de temps en temps, vous pouvez lire certaines nouvelles sensationnelles concernant les édulcorants à faible teneur en calories qui peuvent vous rendre perplexe- comme la possibilité qu’ils puissent affecter les hormones intestinales impliquées dans la régulation de l’appétit ou rendre les individus affamés et causer un gain de poids. Bien sûr, cela pourrait amener les individus à se demander. La vérité est cependant que des recherches intensives montrent que les édulcorants à faible teneur en calories approuvés, comme l’aspartame, le sucralose et l’acésulfame-K, ne contribuent certainement pas et ne peuvent pas entraîner de gain de poids. Au contraire, les recherches montrent que, lorsqu’ils sont utilisés à la place du sucre et dans le cadre d’une stratégie judicieuse pour la gestion du poids, les édulcorants à faible teneur en calories peuvent aider les individus à réduire leur consommation d’énergie et être un outil utile pour la perte de poids . Récemment, trois nouveaux documents importants ont ajouté d’autres preuves à la recherche qui réfute les hypothèses selon lesquelles les édulcorants à faible teneur en calories peuvent affecter la fonction intestinale (y compris la sécrétion d’hormones impliquées dans la régulation de l’appétit) ou provoquer un gain de poids.

Les auteurs en ont conlu que, certes, « le goût plaisant détermine ce que nous choisissons de manger, mais pas combien nous mangeons à long terme »

Dans une étude très importante, Tordoff et ses collègues ont spécifiquement étudié les effets du goût (y compris sucré) conduisant à une suralimentation et un gain de poids. Sucralose et/ou de la graisse ont été ajoutés à l’amimentation d’une souris standard pour donner lieu à des régimes que les souris préféraient fortement. Les souris ont été nourries par ces régimes ou par un régime de contrôle respectif (avec ou sans graisse et/ou sucralose) pendant 6 semaines. L’étude a montré aucune augmentation du poids corporel ou de la graisse, par rapport au contrôle respectif, lorsque le régime contenait du sucralose . L’étude a été menée au Centre Monell, un centre de recherche indépendant, à but non lucratif largement connu qui met l’accent sur “la compréhension des mécanismes et des fonctions du goût et de l’odorat” et définit “l’importance générale de ces sens dans la santé et les maladies humaines”. Les auteurs ont conclu que « Le goût plaisant peut être utilisé pour attirer les consommateurs vers des aliments peu nutritifs, sans craindre que cela influe négativement sur le poids du corps. » Dans un Communiqué de presse publié par le Centre Monell, le Dr Tordoff a encore commenté la recherche sur le goût et le gain de poids : « La plupart des individus pensent que les aliments au goût palisant causent l’obésité, mais ce n’est pas le cas. Le goût plaisant détermine ce que nous choisissons de manger, mais pas combien nous mangeons à long terme ».

Les résultats du groupe Swithers non confirmés dans une nouvelle étude montrent que les édulcorants à faible teneur en calories ne provoquent pas de poids

Un article très important, publié plus tôt en 2016 dans Appetite , par des chercheurs de l’Université de Sydney en Australie décrit les résultats des expériences chez les rats avec un design similaire à celui utilisé par Swithers et Davidson (2008). L’étude visait à tester l’hypothèse proposée par Swithers et Davidson lors de leurs premières recherches selon lesquelles les édulcorants à faible teneur en calories accélèrent le gain de poids corporel en perturbant les associations de saveur sucrée-énergie. Contrairement aux conclusions de Swithers et Davidson basées sur leurs premières recherches, ces nouvelles études plus directes ont révélé que la saccharine ne favorise ni le gain de poids ni augmente la masse des graisses chez les rats . L’exposition antérieure à la saccharine n’a pas non plus produit une compensation énergétique plus faible, ni une augmentation de la consommation d’énergie. En outre, les auteurs ont remarqué que « Nos résultats indiquent que les effets du glucose étaient plus nocifs que ceux de la saccharine en termes de gain de poids corporel et de masse grasse. Ce résultat s’oppose aux résultats du groupe Swithers et est cohérent avec la majorité de la recherche sur les animaux et les humains, suggérant que les effets des édulcorants non nutritifs ne sont pas plus nocifs que ceux des sucres caloriques ».

Les scientifiques soutiennent que les édulcorants à faible teneur en calories n’influent pas les hormones intestinales impliquées dans le contrôle de l’appétit

Ce dernier de nos trois articles présentés ici aujourd’hui par Bryant et Mclaughlin et publié dans Physiol Behav. en 2016 , est critique pour évaluer l’hypothèse selon laquelle les édulcorants à faible teneur en calories peuvent provoquer un gain de poids ou même affecter les taux de glycémie, en affectant d’une manière ou d’une autre les hormones intestinales ou d’autres mécanismes de régulation du système gastro-intestinal impliqués dans le traitement des éléments nutritifs. La publication examine les études cellulaires, animales et cliniques et ajoute ses résultats dans le cadre de cette recherche, on s’intéresse à l’axe de intestin-cerveau et à sa régulation de l’apport alimentaire.

Les auteurs concluent que « les données chez l’homme ne supportent pas actuellement le concept selon lequel la consommation aiguë d’édulcorants à faible teneur en calories peut entraver l’apport alimentaire par modulation des mécanismes homéostatiques gastro-intestinaux ». Les auteurs notent que les données chez l’homme proviennent principalement d’études à court terme, ce qui peut limiter les résultats, mais conclut à « l’évidence d’une absence d’effets [des édulcorants à faible teneur en calories] sur la fonction intestinale humaine ». Ils notent en particulier que « la recherche humaine ne permet pas toujours de démontrer que l’activation de l’édulcorant à faible teneur en calories du récepteur du goût sucré peut même évoquer les types d’effets évoqués par le sucre sur la motilité gastrique, les hormones intestinales ou les réponses à l’appétit ».

Le graphique suivant, qui a été développé pour illustrer les conclusions de cette critique de la littérature de Bryant et McLaughlin, présente les différents effets des sucres contre les édulcorants à faible teneur en calories sur l’axe de l’intestin-cerveau d’une manière intéressante et facile à comprendre :

edulcorants faible teneur en calories infographique : Les preuves restent insuffisantes pour les effets sur l intestin humain

Vous pouvez lire plus sur chacun de ces stu Découle, y compris des résumés plus approfondis de la recherche, en visitant la section de gestion du poids de la Bibliothèque scientifique de l’ISA. Vous trouverez le lien direct vers chacune de ces études dans la bibliothèque scientifique dans les références ci-dessous.