Bilan de l’année 2020 : Qu’avons-nous appris des dernières recherches sur les édulcorants ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Informations clés :

  • Les experts s’accordent sur la nécessité de réduire la consommation excessive de sucres afin de limiter le risque et la prévalence de l’obésité ; l’utilisation des édulcorants est l’une des stratégies qui peut être employée pour y parvenir.
  • Deux études d’envergure publiées en 2020 confirment que les édulcorants sont utiles pour perdre du poids lorsqu’ils remplacent les sucres dans l’alimentation.
  • Les édulcorants n’ont aucune incidence sur le taux de sucre dans le sang, comme le confirme une étude soutenue par l’OMS. Leurs bénéfices pour les personnes diabétiques, lorsqu’ils sont utilisés à la place du sucre, sont dus au fait qu’ils provoquent une élévation moins importante du glucose dans le sang après la consommation d’aliments.
  • Une étude de 2020 confirme le rôle bénéfique des édulcorants dans la santé dentaire en établissant le lien entre la consommation de chewing-gums sans sucre et des taux faibles de caries dentaires.

 

Cette année, la recherche scientifique s’est focalisée sans aucun doute sur la pandémie de la COVID-19 dans le monde entier. Seulement dans le domaine de la recherche en nutrition, PubMed.gov a publié plus de 1 500 nouvelles études depuis le début de l’épidémie. Des études explorant le rôle de la qualité de l’alimentation et l’incidence de l’obésité sur la COVID-19 ont rapidement vu le jour. Cet article vise à présenter les dernières conclusions des recherches scientifiques menées sur les édulcorants et à les analyser dans le contexte de la pandémie actuelle de la COVID-19.

La science éclaire la manière dont les édulcorants peuvent aider à perdre du poids

Un rapport scientifique visant à informer des nouvelles Recommandations nutritionnelles pour les Nord-Américains en 2020-20251, deux importantes revues systématiques2,3 et un consensus d’experts4, tous publiés en 2020, ont apporté des réponses claires au débat en cours sur le rôle des édulcorants dans le contrôle du poids : lorsqu’ils sont employés comme substituts du sucre, les édulcorants peuvent aider à perdre le poids corporel en diminuant l’apport calorique.

Le rapport scientifique1 élaboré par les experts du Comité consultatif sur les Recommandations nutritionnelles pour 2020, aux États-Unis, a conclu que : « Des preuves limitées indiquent que la consommation de LNCSB [boissons édulcorées peu ou pas caloriques] est associée à une réduction de l’adiposité chez les adultes. Les études menées sur des adultes et des enfants n’ont pas démontré que les LNCSB favorisent la prise de poids ou l’adiposité. » Le Comité a recommandé que les édulcorants soient considérés comme une option pour aider à contrôler le poids corporel.

Cette recommandation coïncide avec les conclusions de deux nouvelles revues systématiques et méta-analyses publiées en 2020, qui sont les plus importantes réalisées à ce jour.2,3 Il a été démontré que les édulcorants ont des effets positifs sur la perte de poids lorsqu’ils sont utilisés pour remplacer les sucres et, de ce fait, les calories dans notre alimentation. Les études comparant les édulcorants avec les placebos ou avec de l’eau n’observent aucun effet, simplement parce que cette substitution n’entraîne aucune diminution de calories.

De nombreux experts font cette mise au point lorsqu’ils expliquent les données scientifiques relatives aux édulcorants et au contrôle du poids ou du diabète. Dans un consensus d’experts publié cette année, dix-sept experts scientifiques ont conclu que si les édulcorants sont utilisés pour remplacer les sucres afin de diminuer la densité énergétique des aliments et des boissons, alors ils peuvent contribuer à réduire l’apport énergétique net et aider de cette manière à contrôler le poids. Ils expliquent en outre que la valeur des édulcorants dans le contrôle du poids et du glucose provient de leur rôle de substituts des sucres.4

Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur les conclusions du rapport « Expert consensus on low calorie sweeteners: facts, research gaps and suggested actions » (Consensus des experts sur les édulcorants : données, lacunes en matière de recherche et actions proposées), publié en janvier 2020 dans Nutrition Research Reviews, nous vous invitons à consulter la vidéo ici.

De nouvelles études sur les édulcorants et le diabète confirment ce que nous savons depuis des décennies

De nouvelles revues systématiques et méta-analyses publiées cette année, dont l’une est soutenue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)5, confirment qu’il n’existe aucune preuve d’effet indésirable des édulcorants sur le contrôle du glucose et de l’insuline, aussi bien à court terme qu’à long terme.5,6 Bien que leur saveur soit sucrée, les édulcorants ne sont pas des glucides et n’ont donc aucune incidence sur les taux de sucre ou d’insuline dans le sang des personnes, qu’elles soient diabétiques ou non.6 La valeur potentielle des édulcorants dans le traitement nutritionnel du diabète provient de leur rôle de substituts des sucres, car ils provoquent une élévation moins importante du glucose dans le sang lorsqu’ils sont utilisés à la place des sucres.7

De nouvelles données sur les édulcorants et les chewing-gums sans sucre dans le domaine de la santé bucco-dentaire

Il a été établi depuis longtemps que les édulcorants sont des ingrédients non fermentescibles, ce qui signifie qu’ils ne se décomposent pas sous l’action des bactéries présentes dans notre bouche et qu’ils ne contribuent pas à la déminéralisation des dents, celle-ci étant l’une des causes de la carie dentaire. Une nouvelle revue systématique publiée cette année a révélé une réduction significative des caries de jusqu’à 28 %, grâce à la mastication de chewing-gums sans sucre édulcorés avec des édulcorants non fermentescibles.8

Importance des nouveaux résultats de recherche sur les édulcorants dans le contexte de la COVID-19

L’obésité et le diabète augmentent considérablement la probabilité que les patients atteints de COVID-19 souffrent de séquelles importantes.9,10 Des données récentes suggèrent que, durant la période de confinement national, les personnes ont vu leur IMC augmenter, et que cette croissance est associée à une baisse de l’activité physique, à une mauvaise qualité de l’alimentation et à une plus grande fréquence de cas signalés de suralimentation.11 Au vu de ces conclusions, les outils nutritionnels pouvant aider les personnes à gérer leur comportement alimentaire et, en fin de compte, leur équilibre énergétique (l’apport calorique par rapport à la dépense énergétique) sont très importants. Par exemple, comme l’attestent les données probantes, les édulcorants constituent un instrument utile, parmi d’autres différentes stratégies, pouvant contribuer à réduire l’apport calorique global et donc aider au contrôle du poids, lorsqu’ils sont utilisés pour remplacer les sucres dans l’alimentation.1-4 Certaines études récentes ont également révélé que les édulcorants peuvent aider certaines personnes à satisfaire leur désir de manger du sucré ou à manger moins en contrôlant leurs fringales.12,13 Dans le cas des diabétiques, la consommation d’une boisson ou d’un aliment édulcorés présente l’avantage supplémentaire de provoquer une moindre augmentation de la glycémie par rapport à une version édulcorée avec du sucre.6,7

Enfin, au plus fort de la pandémie, dans un contexte de confinements nationaux, des inquiétudes se font jour quant à l’évolution des comportements de grignotage11, qui pourraient accroître la vulnérabilité aux maladies dentaires. Dans ce contexte, une alimentation sans risque pour les dents est recommandée. Contrairement aux glucides, les édulcorants ne contribuent pas à la déminéralisation des dents.7 De nouvelles preuves additionnelles corroborent en effet le rôle du chewing-gum sans sucre dans la réduction de l’incidence des caries dentaires.8

Les événements scientifiques de 2020 en revue

La pandémie actuelle a transformé la manière dont les dernières recherches sont présentées dans les congrès scientifiques, la plupart d’entre eux devenant des événements virtuels. Au vu de ce mode innovant de communication scientifique, l’ISA a organisé ou soutenu différents symposiums via Internet ou webinaires, en collaboration avec des organisations liées à la nutrition :

  • Lors d’un symposium scientifique de la conférence virtuelle FINUT 2020, organisée par la Fondation ibéro-américaine pour la nutrition (FINUT), les scientifiques ont souligné l’importance du comparateur lors de l’interprétation des recherches sur l’incidence des édulcorants sur le poids corporel (par exemple, si les édulcorants sont comparés avec le sucre ou avec de l’eau). Pour plus d’informations sur les résultats de la « réunion avec les experts » de l’ISA, organisée dans le cadre de la conférence FINUT 2020, vous pouvez lire l’article correspondant ici.
  • Dans un webinaire organisé par la Fédération européenne des associations de diététiciens (EFAD), les experts ont présenté les données soutenant l’idée que la substitution des boissons sucrées par des alternatives contenant des édulcorants permet d’améliorer les facteurs de risque cardiométabolique (réduction du poids, de la graisse corporelle, des triglycérides et de la graisse du foie), mais ont également précisé que ce bénéfice potentiel des édulcorants devrait être examiné dans un contexte approprié : en évaluant le remplacement prévu des sucres par des édulcorants. Pour obtenir plus d’informations sur les conclusions du webinaire de l’EFAD, organisé en collaboration avec l’ISA, nous vous invitons à lire l’article disponible ici.
  • Lors d’un webinaire organisé par l’Association internationale des édulcorants (ISA) en collaboration avec la Société argentine de nutrition (SAN), quatre experts ont présenté les dernières données sur l’apport alimentaire des édulcorants dans les pays d’Amérique latine (Brésil et Chili), et ont ensuite débattu sur le rôle des édulcorants dans la reformulation en vue de réduire l’apport en calories et en sucres, et de contrôler le poids corporel. Pour regarder le webinaire en espagnol et sur demande, veuillez cliquer ici.

 

Nous espérons que vous avez pris plaisir à lire le bilan des études scientifiques de 2020. Pour notre part, nous continuerons l’année prochaine à vous offrir l’actualité scientifique la plus récente et la plus importante sur les édulcorants et nous vous souhaitons nos meilleurs vœux de santé et de bonheur pour 2020 !

 

  1. Dietary Guidelines Advisory Committee. 2020. Scientific Report of the 2020 Dietary Guidelines Advisory Committee: Advisory Report to the Secretary of Agriculture and the Secretary of Health and Human Services. U.S. Department of Agriculture, Agricultural Research Service, Washington, DC.
  2. Rogers PJ and Appleton KM. The effects of low-calorie sweeteners on energy intake and body weight: a systematic review and meta-analyses of sustained intervention studies. Int J Obes 2020. https://doi.org/10.1038/s41366-020-00704-2
  3. Laviada-Molina H, Molina-Segui F, Pérez-Gaxiola G, et al.Effects of nonnutritive sweeteners on body weight and BMI in diverse clinical contexts: Systematic review and meta-analysis. Obesity Reviews 2020; 21(7): e13020
  4. Ashwell MA, Gibson S, Bellisle F, Buttriss J, Drewnowski A, Fantino M, Gallagher AM, de Graaf K, Goscinny S, Hardman CA, Laviada-Molina H, López-García R, Magnuson B, Mellor D, Rogers P, Rowland I, Russell W, Sievenpiper J, la Vecchia C. Expert consensus on low-calorie sweeteners: facts, research gaps and suggested actions. Nutr Res Rev. 2020;33(1):145-154. doi: 10.1017/S0954422419000283. [Epub ahead of print]
  5. Lohner S, Kuellenberg de Gaudry D, Toews I, Ferenci T, Meerpohl JJ. Non-nutritive Sweeteners for Diabetes Mellitus. Cochrane Database of Systematic Reviews 2020 May 25;5:CD012885. Doi 10.1002/14651858.CD012885.pub2
  6. Greyling A, Appleton KM, Raben A, Mela DJ. Acute glycemic and insulinemic effects of low-energy sweeteners: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. American Journal of Clinical Nutrition 2020; 112(4): 1002-1014. nqaa167. https://doi.org/10.1093/ajcn/nqaa167
  7. EFSA Scientific opinion on the substantiation of health claims related to intense sweeteners. EFSA 2011 Journal 9(6): 2229, and 9(4): 2076
  8. Newton JT, Awojobi O, Nasseripour M, Warburton F, Di Giorgio S, Gallagher JE, Banerjee A: A systematic review and meta-analysis of the role of sugar-free chewing gum in dental caries. JDR Clin Trans Res 2020;5(3):214-223
  9. WHO/Europe. Coronavirus disease (COVID-19) outbreak. Published 22 October 2020. Available at: https://www.euro.who.int/en/health-topics/health-emergencies/coronavirus-covid-19/news/news/2020/10/obesity-significantly-increases-chances-of-severe-outcomes-for-covid-19-patients
  10. ECDC, Coronavirus disease 2019 (COVID-19) in the EU/EEA and the UK, 8 April 2020, https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/covid-19-rapid-risk-assessment-coronavirus-disease-2019-eighth-update-8-april-2020.pdf
  11. Robinson E, Boyland E, Chisholm A et al.. Obesity, eating behavior and physical activity during COVID-19 lockdown: A study of UK adults. Appetite 2021;156:104853
  12. Rogers PJ, Ferriday D, Irani B, et al. Sweet satiation: Acute effects of consumption of sweet drinks on appetite for and intake of sweet and non-sweet foods. Appetite 2020 Feb 11; 149:104631. doi: 10.1016/j.appet.2020.104631. [Epub ahead of print]
  13. Maloney NG, Christiansen P, Harrold JA, Halford JCG, Hardman CA. Do low-calorie sweetened beverages help to control food cravings? Two experimental studies. Physiology & Behavior 2019; 208: 112500