Les édulcorants à faible teneur en calories et le risque d’accouchement prématuré : les résultats de deux études et une méta-analyse

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Auteur(s): Carlo La Vecchia
Nom de la publication : Journal of Family Planning and Reproductive Health Care, 2013; 39: 12–13
Année de publication : 2013

Résumé

La relation possible entre les édulcorants à faible teneur en calories et les résultats de grossesse défavorables, en particulier l’accouchement prématuré et le faible poids du nourrisson à la naissance, a été une question initialement soulevée en 2010 par Halldorsson et al. sur une étude basée sur la cohorte nationale de naissance danoise (1996-2002). Une autre étude publiée en 2012 par Englund-Ogge et al. a également examiné la relation possible entre les boissons sucrées sucrées et sucrées aux édulcorants et les naissances prématurées en utilisant des données de 60761 femmes dans la cohorte norvégienne de l’étude mère et enfant.

Dans ce commentaire, Carlo La Vecchia présente les limites des deux études. Plus précisément, dans l’étude danoise de Halldorsson et al. (2010), le rapport original a présenté des résultats stratifiés entre boissons gazeuses et non gazeuses seulement, et a donné un risque relatif (RR) de 1,78 pour les buveurs de 4 portions/jour de « boissons gazeuses gazéifiées artificiellement ». Cette estimation de RR était, cependant, basée sur 27 cas seulement (c’est-à-dire moins de 1 % des cas), une sous-population probablement sélectionnée. Ce sous-groupe peut bien avoir d’autres caractéristiques de base qui influencent sur son risque de naissance prématurée, et certaines confusions résiduelles sont probablement présentes après une analyse multivariée.

Concernant l’étude norvégienne par Englund-Ogge et al. (2012), dans les notes de commentaires comparativement aux non-usagers de boissons sucrées artificiellement, le risque relatif (RR) était de 1,01 pour 1 portion/semaine, 1,09 pour 1 à 6 portions par semaine, 1,20 pour 1 portion/jour, 1,01 pour 2 à 3 portions/jour et 1,12 pour 4 portions/jour. Le test de tendance était formellement non significatif (p=0,053), et il n’y avait pas de relation dose-risque linéaire. C’est-à-dire que le RR était de 1,01 à la fois pour les femmes qui ont déclaré une consommation sporadique (1 portion/semaine) et pour celle qui ont une consommation régulière de 2 à 3 boissons par jour.

En outre, dans cette étude, La Vecchia et son équipe ont regroupé les principales conclusions des études danoises et norvégiennes en utilisant des techniques méta-analytiques standard. Sur la base des résultats de la méta-analyse, il n’y a aucune preuve que les boissons à faible teneur en calories ont un impact sur l’accouchement prématuré à n’importe quelle différence par rapport aux boissons sucrées et sucrées.

Voir l’article en entier