L’apport sucré de boisson et le risque de diabète auto-immune latent chez les adultes (LADA) et le diabète de type 2

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Auteur(s): Löfvenborg JE, Anderson T, Carlsson PO, Dorkhan M, Groop L, Martinell M, Tuomi T, Wolk A, Carlsson S
Nom de la publication : Eur J Endocrinol. 2016 Dec;175(6):605-614
Année de publication : 2016

Extrait

OBJECTIF : La consommation de boissons sucrées est associé à un risque accru de diabète de type 2, mais son association avec le diabète auto-immune n’est pas claire. Nous avons cherché à étudier le lien entre la consommation de boissons sucrées et le risque de diabète auto-immune latent chez les adultes (LADA); le diabète auto-immune avec des caractéristiques du diabète de type 2.
CONCEPT/MÉTHODE : Pour cette étude, les données d’une étude basée sur la population suédoise ont été utilisées, incluant des cas incidents de LADA (n=357) et de diabète de type 2 (n=1136) et des groupes témoins sélectionnés au hasard (n=1371). La classification du diabète était basée sur l’âge au moment de la découverte du diabète (?35), des auto-anticorps de l’acide glutamique décarboxylase (GADA) et du peptide C. L’information sur la consommation de boissons sucrées a été dérivée d’un questionnaire validé sur la fréquence de consommation des aliments. Les RUP ont été ajustés en fonction de l’âge, du sexe, des antécédents familiaux de diabète, de l’éducation, du mode de vie, de l’alimentation, de l’apport énergétique et de l’IMC ont été estimés à l’aide d’une logistique de régression.
RÉSULTATS : Un apport journalier supérieur à 2 portions de boissons sucrées (consommé par 6 % des participants) a été associé à un risque accru de LADA (OR: 1,99, IC 95 %: 1,11-3,56), et pour chaque portion quotidienne de 200 ml, l’OR était de 1,15 (IC à 95 %: 1,02-1,29). Les résultats étaient semblables pour les boissons sucrées au sucre (OR: 1,18, IC à 95 %: 1,00-1,39) et celles sucrées artificiellement (OR: 1,12, IC à 95 %: 0,95 à 1,32). De façon similaire, chaque augmentation de consommation quotidienne de boissons globalement sucrées a conféré un risque plus élevé de 20 % de diabète de type 2 (IC à 95 %: 1,07-1,34). Chez les patients atteints de diabète de type 2, les plus gros consommateurs ont affiché des niveaux supérieurs d’HOMA-IR (4,5 vs 3,5, P=0,0002), mais des niveaux inférieurs d’HOMA-B (55 vs 70, P=0,0378) que les non-consommateurs. Des tendances similaires ont été observées pour les cas de LADA.
CONCLUSIONS : Un apport élevé de boissons sucrées était associé à un risque accru de LADA. La relation observée ressemblait à celle avec le diabète de type 2, suggérant des voies communes impliquant une éventuelle résistance à l’insuline.

Résumé

Sur la base d’un très faible nombre de population, en particulier, seulement 6 % des 357 personnes atteintes de diabète de type LADA (21 personnes au total), l’étude de Löfvenborg et al suggère que l’apport journalier de plus de deux boissons sucrées est associé à risque accru de LADA et, de même, avec le diabète de type 2.

En outre, par sa nature, une étude d’observation ne peut établir une relation de causalité entre la consommation de boissons diététiques et le risque de développer un diabète. En effet, les auteurs reconnaissent la principale limitation de l’étude qui est sa conception rétrospective qui peut conduire à un rappel de partialité. Le fait que les patients aient été invités à se rappeler leur consommation de boissons sucrées avant leur diagnostic, alors que les témoins ont été invités à se rappeler leur consommation au cours de l’année directement avant la date de participation, peut introduire un biais. Comme pour toutes les études de nature observationnelle, la possibilité que les résultats soient influencés par des facteurs de confusion résiduels et non mesurés ou une sous-déclaration ne peut être exclue.

En outre, ce qui est plutôt surprenant, sont les résultats de l’étude concernant les personnes atteintes de diabète de type LADA, également appelé diabète de type 1 de début tardif, ce qui signifie que c’est le diabète de type 1 qui survient à un certain point de la vie adulte plutôt qu’à un âge plus jeune. Le LADA est un trouble autoimmunitaire et il n’y a aucune preuve confirmant que des aliments spécifiques ou des comportements alimentaires peuvent provoquer des troubles auto-immunitaires. Par conséquent, ces observations ont très peu de valeur et sont douteuses. Pour plus d’informations, lisez les commentaires ISA cliquez ici.

Voir l’article en entier