L’apport alimentaire de quatre édulcorants artificiels chez des enfants d’âge préscolaire irlandais.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Auteur(s): Danika M. Martyn, Anne P. Nugent, Breige A. McNulty, Emer O’Reilly, Christina Tlustos, Janette Walton, Albert Flynn & Michael J. Gibney
Nom de la publication : Food Additives & Contaminants, 2016: Part A, DOI: 10.1080/19440049.2016.1152880
Année de publication : 2016

Extrait

En dépit d´examens de sécurité rigoureux avant et après la mise sur le marché, il reste un débat élevé concernant l’utilisation d’édulcorants artificiels dans les aliments. Les jeunes enfants sont particulièrement intéressants lors de l’évaluation de l’exposition aux produits chimiques alimentaires en raison de leurs modes de consommation alimentaire unique et d’une exposition comparativement plus élevée aux produits chimiques alimentaires sur une base de poids corporel par rapport à la population générale. La présente étude a examiné l’apport de quatre édulcorants intenses (acésulfame K, aspartame, saccharine, sucralose) dans le régime des enfants âgés de 1 à 4 ans en utilisant la consommation alimentaire et les données de présence d’édulcorant de l’Enquête nationale sur la nutrition pré-scolaire irlandaise (2010-11 ) et des données analytiques pour la concentration d’édulcorant dans les aliments obtenus à partir d’un programme d’évaluation national. Quatre scénarios d’évaluation de l’exposition ont été effectués en utilisant les données disponibles sur l’occurrence et la concentration des édulcorants. Les résultats ont démontré que les apports quotidiens moyens pour les quatre édulcorants étaient inférieurs à la dose journalière admissible (ADI) (17-31%), même en tenant compte des hypothèses les plus conservatrices concernant la présence et la concentration des édulcorants. Les consommations élevées de consommateurs (P95) étaient également inférieures à la DJA pour les quatre édulcorants lorsque des estimations plus réalistes de l’exposition étaient envisagées. Les données d’occurrence et de concentration des édulcorants ont eu un effet considérable sur la réduction des valeurs estimées d’admission, avec une réduction combinée des prises de 95% lorsqu’elles sont exprimées en proportion de la DJA. Les boissons aromatisées ont été considérées comme un contributeur clé pour les apports d’édulcorants artificiels dans cette cohorte de population. On a conclu qu’il n’existait aucun risque pour la santé chez les enfants d’âge préscolaire irlandais aux niveaux actuels d’apport alimentaire des édulcorants étudiés.

Résumé

En conclusion, cette évaluation complète de l’exposition d’enfants d’âge préscolaire irlandais à quatre édulcorants à faible teneur en calories (acésulfame K, aspartame, saccharine et sucralose) a démontré qu’il n’y a pas de problèmes de santé au niveau actuel de consommation alimentaire pour un consommateur typique.

Voir l’article en entier