Les experts internationaux en sciences de la santé conviennent des avantages des édulcorants à faible teneur en calories – Une évaluation par les pairs présentée dans le numéro de décembre de « Nutrition Bulletin »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Bruxelles, 1er décembre 2014 : Les experts multidisciplinaires de renommée mondiale, Sigrid Gibson, le professeur Adam Drewnowski, le professeur James Hill, le professeur Eeva Widström, le professeur Hely Tuorila et le professeur Anne Raben1 se sont réunis à l’occasion de la Conférence internationale de l’Association des édulcorants (ISA) au début de cette année et ont profité de l’occasion pour collaborer à un examen des avantages des édulcorants à faible teneur en calories (LCS) en s’appuyant sur les recherches scientifiques existantes.

« Le consensus parmi les experts dans leurs domaines, est que les édulcorants à faible teneur en calories fonctionnent », a déclaré le professeur Adam Drewnowski, en ajoutant : « tous les travaux de toxicologie et de sécurité effectués par les organismes internationaux ont attesté à plusieurs reprises leur sécurité et de leur efficacité ».

La Déclaration de consensus sur les avantages des édulcorants à faible teneur en calories, publiée dans le numéro de décembre 2014 de « Nutrition Bulletin»- un journal évalué par les pairs qui fournit des informations et des examens scientifiques- décrit le rôle bénéfique que les édulcorant à faible teneur en calories peuvent jouer dans les choix de régime alimentaires et de style de vie. Les conclusions confirment les résultats positifs des études scientifiques récentes démontrant que les LCS n’augmentent pas l’appétit et n’ont aucun effet discernable sur la satiété et peuvent, en fait, permettre d’augmenter la perte de poids dans des conditions réelles lorsqu’ils sont utilisés dans le cadre d’un programme comportemental de perte de poids.

En outre, les experts conviennent que les édulcorants à faible teneur en calories peuvent avoir un effet bénéfique sur les taux de glycémie et l’insuline post-prandial chez les personnes en bonne santé et chez les personnes atteintes de diabète, avec un impact positif sur la santé dentaire lorsqu’ils sont utilisé dans les aliments, les boissons, le dentifrice et Les médicaments, à condition que d’autres constituants soient également non cariogènes et non érosifs.

En attirant l’attention sur la richesse de la recherche récente fondée sur des données probantes sur les avantages des édulcorants à faible teneur en calories, le document aborde les perceptions erronées et la désinformation sur les effets des LCS. En outre, il rappelle aux professionnels de la santé et au grand public que les édulcorants à faible teneur en calories sont approuvés par les autorités réglementaires du monde entier.

« La gestion du poids est l’une des principales raisons pour lesquelles les gens utilisent des édulcorants à faible teneur en calories , et je pense que nous avons maintenant un nombre énorme d’études qui montrent que les édulcorants à faible teneur en calories sont des outils positifs, et non négatifs, en matière de gestion du poids corporel », professeur James Hill, en concluant « C’est un message qui doit être mieux compris ».

En offrant de la douceur sucrée sans les calories, les options sucrées à faible teneur en calories peuvent contribuer de manière saine à un régime alimentaire sain et contrôlé en calories. Ils sont également gentils avec les dents.

La déclaration de consensus est disponible pour téléchargement sur le site Web de l’éditeur en cliquant ici.

Notes pour l’éditeur

Pour avoir accès aux informations scientifiques, vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive d’études sur le sujet :

  • Anderson GH, Foreyt J, Sigman-Grant M et al. (2012) L’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories chez les adultes : impact sur la gestion du poids . The Journal of Nutrition 142: 1163S-9S.
  • Bryant CE, Wasse LK, Astbury N et al. (2014) Édulcorants non nutritifs : aucun effet de classe sur les réponses glycémiques ou d’appétit au glucose ingéré . European Journal of Clinical Nutrition 68: 629-31.
  • Drewnowski A (2013) Habitudes alimentaires et l’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories : un outil efficace dans la prévention de l’obésité et du diabète . Annals of Nutrition and Metabolism 63 (Suppl. 1): 147-8.
  • EFSA NDA (Groupe de l’EFSA sur les produits diététiques, la nutrition et le allergies (2011) Avis scientifique sur la justification des allégations relatives à la santé liées aux édulcorants intenses et à la contribution à la maintenance ou à la réalisation d’un poids corporel normal (ID 1136, 1444, 4299), réduction des réponses glycémiques post-prandiales (ID 4298), maintien des concentrations normales de glucose dans le sang (ID 1221, 4298) et entretien de la minéralisation dentaire en diminuant la déminéralisation des dents (ID 1134, 1167, 1283) conformément à l’article 13(1), du règlement (CE) n° 1924/2006. EFSA Journal 9: 2229.
  • Keskitalo K, Tuorila H, Spector TD et al. (2007) Les mêmes composants génétiques sous-tendent différentes mesures de préférence au goût sucré . The American Journal of Clinical Nutrition 86: 1663-9.
  • Mattes RD & Popkin BM (2009) La consommation d’édulcorant non nutritif chez l’homme : effets sur l’appétit et l’apport alimentaire et leurs mécanismes putatifs . The American Journal of Clinical Nutrition 89: 1-14.
  • Miller PE & Perez V (2014) Les édulcorants à faible teneur en calories et le poids corporel et sa composition : une méta-analyse d’études contrôlées randomisées et d’études prospectives de cohortes . The American Journal of Clinical Nutrition. doi: 10.3945/ajcn.113.082826.
  • Peters JC, Wyatt HR, Foster GD, Hill JO et al. (2014) Les effets de l’eau et des boissons sucrées non nutritives sur la perte de poids dans le cadre d’un programme de perte de poids de 12 semaines . Obesity 22: 1415-21.
  • Raben A, Moller BK, Flint A et al. (2011) Augmentation de la glycémie postprandiale, de l’insulinémie et de la lipidémie après un traitement riche en saccharose de 10 semaines par rapport à un régime artificiellement sucré : un essai contrôlé randomisé . Food & Nutrition Research 55: 5961. doi: 10.3402/ fnr.v55i0.5961.

1 S. Gibson, Sig-Nurture, Ltd., Guildford, Surrey, UK; A. Drewnowski, Université de Washington Centre pour la recherche sur l’obésité, Washington, DC, États-Unis; J. Hill, Anschutz Health and Wellness Center, Université de Colorado, Boulder, CO, États-Unis; A. B. Raben, Département de la nutrition humaine, Université de Copenhague, Danemark; H. Tuorila, Département des sciences de l’alimentation et de l’environnement, Université d’Helsinki, Finlande; E. Widström, National Institut national pour la santé et le bien-être social, Helsinki, Finlande.