Les édulcorants peuvent jouer un rôle positif dans la réduction des calories et la gestion du poids

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Déclaration de l’ISA en réponse à la revue systématique de Rios-Leyvraz et Montez

Bruxelles, le 15 avril 2022 : L’Association internationale des édulcorants (ISA) réagit à la nouvelle revue systématique de Rios-Leyvraz et Montez1, soutenue par l’OMS et portant sur les effets des édulcorants sur la santé.

Cette revue reconnaît le rôle positif des édulcorants dans la perte de poids à court terme, lorsque leur utilisation conduit à une réduction de l’apport énergétique global, sans preuve d’effets néfastes sur la santé cardiométabolique, et sur la base de données probantes issues des essais contrôlés randomisés, le modèle de référence en matière de recherche nutritionnelle.

En effet, un ensemble concluant et rigoureux de preuves scientifiques démontre que les édulcorants peuvent être des outils utiles dans la gestion du poids, lorsqu’ils sont utilisés pour remplacer le sucre, dans le cadre d’un régime contrôlé en calories et d’un mode de vie sain2,3,4. Cela a également été démontré chez les enfants5. De plus, ils peuvent aussi apporter une aide significative aux personnes diabétiques, car ils ne produisent aucun effet sur le contrôle du glucose dans le sang6,7.

En réalité, en analysant les études épidémiologiques qui apportent des données probantes d’une certitude faible à très faible, les auteurs reconnaissent que les résultats des études d’observation suggérant la possibilité d’effets à long terme sur la santé, peuvent être liés aux limites potentielles de la conception des études d’observation qui présentent une causalité inverse et des facteurs de confusion résiduels. Les auteurs expliquent que la causalité inverse implique que les personnes évaluées comme étant de grandes consommatrices d’édulcorants (LNCS en anglais) se trouvent déjà, plus fréquemment, dans un état de « pré-maladie » ou présentent un risque élevé de maladie (par exemple, le surpoids), et pourraient ainsi avoir commencé ou augmenté la consommation de LNCS en réponse à ces problèmes de santé, ce qui conduirait à une association fallacieuse entre la consommation de LNCS et l’augmentation du poids corporel ou du diabète. Il est également important de signaler que les données probantes de meilleure qualité, issues des études cliniques contrôlées, ne confirment pas les effets négatifs de l’utilisation des édulcorants sur les facteurs de risque cardiométabolique, dont le contrôle du glucose, les lipides sanguins et la pression artérielle.

Finalement, l’ISA souhaiterait signaler la sécurité des édulcorants, y compris pendant la grossesse, qui a été confirmée à maintes reprises et de manière constante par les autorités de sécurité des aliments du monde entier8,9,10.

À l’heure où l’obésité et les maladies non transmissibles, dont le diabète et les maladies bucco-dentaires, constituent encore des défis majeurs pour la santé mondiale, et compte tenu des recommandations actuelles de santé publique visant à réduire la consommation globale de sucre, tous les édulcorants peuvent être utiles pour créer des environnements alimentaires plus sains. Ils offrent aux personnes une grande variété de saveurs sucrées avec peu de calories ou sans calories et peuvent par conséquent être un moyen utile, s’ils sont utilisés à la place du sucre et font partie d’une alimentation équilibrée, pour aider à réduire l’apport global en sucres et en calories3, ainsi que pour contrôler les niveaux du glucose sanguin11. Par ailleurs, les édulcorants ne fermentent pas sous l’action des bactéries buccales, ce qui signifie qu’ils ne contribuent pas à la déminéralisation des dents, celle-ci étant l’une des causes de la carie dentaire12.

  1. World Health Organization, Rios-Leyvraz, Magali & Montez, Jason. (‎2022)‎. Health effects of the use of non-sugar sweeteners: a systematic review and meta-analysis. World Health Organization. https://apps.who.int/iris/handle/10665/353064. License: CC BY-NC-SA 3.0 IGO
  2. McGlynn ND, Khan TA, Wang L, et al. Association of Low- and No-Calorie Sweetened Beverages as a Replacement for Sugar-Sweetened Beverages With Body Weight and Cardiometabolic Risk: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Network Open 2022;5(3):e222092
  3. Rogers PJ and Appleton KM. The effects of low-calorie sweeteners on energy intake and body weight: a systematic review and meta-analyses of sustained intervention studies. Int J Obes 2021; 45(3): 464-478. https://doi.org/10.1038/s41366-020-00704-2.
  4. Laviada-Molina H H, Molina-Segui F, Pérez-Gaxiola G, et al. Effects of nonnutritive sweeteners on body weight and BMI in diverse clinical contexts: Systematic review and meta-analysis. Obesity Reviews 2020; 21(7): e13020.
  5. de Ruyter JC, Olthof MR, Seidell JC, et al. A trial of sugar-free or sugar-sweetened beverages and body weight in children. N Engl J Med 2012;367(15):1397–1406
  6. Greyling A, Appleton KM, Raben A, Mela DJ. Acute glycemic and insulinemic effects of low-energy sweeteners: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Am J Clin Nutr 2020; 112(4):1002-1014
  7. Evert AB, Dennison M, Gardner CD, Garvey WT, Lau KHK, MacLeod J, Mitri J, Pereira RF, Rawlings K, Robinson S, Saslow L, Uelmen A, Urbanski PB, Yancy Jr. WS. Nutrition Therapy for Adults with Diabetes or Prediabetes: A Consensus Report. Diabetes Care. 2019 May;42(5):731-754
  8. http://www.fao.org/food/food-safety-quality/scientific-advice/jecfa/en/
  9. https://www.fda.gov/food/food-additives-petitions/high-intensity-sweeteners
  10. http://www.efsa.europa.eu/en/topics/topic/sweeteners
  11. Diabetes UK. The use of low or no calorie sweeteners. Position Statement (Updated December 2018). Available at: https://www.diabetes.org.uk/professionals/position-statements-reports/food-nutrition-lifestyle/use-of-low-or-no-calorie-sweetners
  12. EFSA Scientific opinion on the substantiation of health claims related to intense sweeteners. EFSA 2011 Journal 9(6): 2229, and 9(4): 2076.