Les édulcorants et le diabète : la position des organisations scientifiques, médicales et des associations de patients

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Webinaire de la Fédération espagnole du diabète (FEDE)

 

Informations clés :

  • Les édulcorants sont sûrs, même pour les personnes diabétiques, et leur consommation est nettement inférieure à la dose journalière admissible (DJA).
  • Les édulcorants ont un effet favorable sur les niveaux de glucose postprandiale, lorsqu’ils sont consommés à la place du sucre.
  • En substituant les sucres, les édulcorants peuvent aider à réduire la consommation quotidienne de glucides et de calories.

Le 27 juin 2019, la Fédération espagnole du diabète (FEDE) a organisé un webinaire de 45 minutes intitulé « Édulcorants et diabète : les preuves scientifiques », et qui a été présenté par la docteure en médecine Pilar Riobó. Organisé avec l’appui de l’Association internationale des édulcorants (International Sweeteners Association – ISA), le webinaire avait pour objectif de présenter les preuves scientifiques liées à l’utilisation des édulcorants par les personnes atteintes de diabète, telles qu’elles ont été examinées et incorporées dans les avis scientifiques et les documents d’opinions et de consensus des experts appartenant aux organismes scientifiques, aux autorités de sécurité et de réglementation, ainsi qu’aux organisations médicales ou aux associations de patients liées au diabète. Le présent article fournit un résumé des informations présentées par la docteure Riobó au cours de ce séminaire, que vous pouvez consulter sur la chaîne YouTube de la FEDE en cliquant ici.

Les opinions scientifiques et les positions des organismes scientifiques et de réglementation

Au cours de la dernière décennie, les agences de réglementation, telles que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), et les organisations scientifiques, telles que l’Association américaine du diabète (ADA) et l’Association américaine de cardiologie (AHA), ont publié des avis scientifiques et des documents de position portant sur la consommation d’édulcorants au sein de toutes les catégories de population, y compris chez les personnes diabétiques.

Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA)
Dans un avis scientifique sur les édulcorants publié en 2011 et sur la base de preuves scientifiques rigoureuses, l’EFSA est parvenue à la conclusion que : « la consommation des aliments qui contiennent des édulcorants à la place du sucre entraîne une élévation de la glycémie moins importante après leur ingestion, en comparaison avec la consommation des aliments contenant des sucres ». Cette allégation de santé a été autorisée dans le registre européen des allégations nutritionnelles et de santé. Dans la pratique, cela signifie que les édulcorants, en comparaison avec les sucres, présentent un effet favorable sur la glycémie postprandiale, à savoir sur le niveau de glucose dans le sang après consommation d’aliments ou de boissons, en particulier chez les personnes atteintes de troubles de la tolérance au glucose, telles que les personnes diabétiques ou celles souffrant de prédiabète.

Association américaine du diabète (American Diabetes Association – ADA) et Association américaine de cardiologie (American Heart Association – AHA)
En 2012, l’ADA et l’AHA ont publié une déclaration de position commune sur l’utilisation actuelle des édulcorants et sur les perspectives en matière de santé de ces ingrédients. Parmi les conclusions, les auteurs ont affirmé que : « les édulcorants non nutritifs (ENN) peuvent être utilisés dans le cadre d’une alimentation structurée pour substituer les sources de sucres ajoutés et que cette substitution peut conduire à une réduction de l’apport énergétique et à une perte de poids modestes ». En faisant référence à une « alimentation structurée », la déclaration de position souhaite mettre l’accent sur l’importance de consommer des édulcorants dans le cadre d’une alimentation moins calorique, saine et équilibrée, si l’on souhaite que les édulcorants aident à contrôler le poids. Cette même déclaration souligne également le fait que les bénéfices des édulcorants sur le contrôle du poids sont liés au niveau du sucre et, par conséquent, à la réduction des calories.

Consensus des experts

Par ailleurs, des consensus d’experts récemment publiés, tels que le Consensus ibéro-américain sur les édulcorants de Serra-Majem et al. (2018) et le Rapport de consensus sur les thérapies nutritionnelles chez les adultes atteints de diabète ou de prédiabète de Evert et al. (2019), ce dernier étant soutenu par l’Association américaine du diabète (ADA), ont analysé les preuves actuelles portant sur la consommation d’édulcorants et ont réaffirmé que la consommation d’édulcorants ne présente aucun risque lorsque les niveaux de la dose journalière admissible (DJA) sont respectés. Ce Rapport de consensus est parvenu à la conclusion que « remplacer les sucres ajoutés par des substituts du sucre pourrait réduire la consommation quotidienne de glucides et de calories », et met l’accent sur « l’importance de conseiller aux personnes d’éviter de compenser cette substitution par une ingestion additionnelle de calories provenant d’autres sources alimentaires ».

Positions des associations de patients et des organisations de personnes diabétiques

De la même manière, diverses organisations médicales et/ou de patients liées au diabète ont publié leurs positions sur la consommation d’édulcorants chez les personnes diabétiques.

Diabetes UK
En décembre 2018, Diabetes UK a mis à jour sa déclaration de position sur les édulcorants dans le but de traiter les informations confuses et contradictoires qui ont été mises en ligne sur ce sujet. Entre autres recommandations, Diabetes UK affirme que : « remplacer les sucres libres (notamment dans les boissons édulcorées avec du sucre) par des édulcorants peut être une stratégie (ou un tremplin) utile et relativement facile à adopter pour aider à réduire l’apport calorique et à contrôler le poids », et souligne que : « l’utilisation des édulcorants pour faciliter la perte de poids doit s’inscrire dans le cadre d’une alimentation générale saine et d’un programme de contrôle de poids plus global ».

Association latino-américaine du diabète (ALAD)
En 2018, un groupe de travail de l’Association latino-américaine du diabète (ALAD) a réalisé un examen approfondi de la littérature scientifique actuelle qui porte sur le rôle et les effets des édulcorants sur la santé. Concernant leur impact sur le contrôle de la glycémie, le groupe a conclu que : « la grande majorité des essais cliniques, randomisés et contrôlés, indique que les édulcorants ont un effet neutre sur l’hémoglobine glyquée (HbA1c), sur l’insuline ou sur les niveaux de glucose postprandiale ou à jeun ». Le consensus souligne également que si les édulcorants sont utilisés comme des substituts du sucre dans le cadre d’un plan diététique structuré, ils peuvent aider les consommateurs à réduire leur consommation de glucides et leur apport énergétique (calories) et peuvent, par conséquent, entraîner une perte de poids modérée et aider au contrôle du glucose.

Les points clés à retenir

À la clôture du séminaire organisé para la FEDE, la docteure Riobó a souligné les principales conclusions suivantes :

  • L’utilisation des édulcorants est sûre et peut avoir des effets bénéfiques même chez les personnes diabétiques, s’ils sont consommés dans le cadre d’une alimentation et d’un style de vie sains.
  • Les preuves scientifiques qui soutiennent ces conclusions sont solides et rigoureuses, comme le confirment les organisations scientifiques et médicales, les associations de patients et les agences de sécurité.
  • Lorsque l’on recherche sur Internet des informations sur les édulcorants, il est important de toujours consulter des sources fiables et les informations scientifiques et/ou de se renseigner auprès des professionnels de santé.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter intégralement le webinaire organisé par la FEDE et disponible en espagnol en cliquant ici. Si vous souhaitez consulter en un coup d’œil les principales opinions sur les édulcorants émises par les organisations liées à la sécurité et à la santé, veuillez télécharger l’infographie correspondante, élaborée par la FEDE avec l’appui de l’ISA en cliquant ici.

  1. Diabetes UK. The use of low or no calorie sweeteners. Position Statement (Updated December 2018). Available at: https://www.diabetes.org.uk/professionals/position-statements-reports/food-nutrition-lifestyle/use-o….
  2. EFSA. Scientific opinion on the substantiation of health claims related to intense sweeteners. EFSA Journal 2011, 9(6), 2229. Available at: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.2903/j.efsa.2011.2229/epdf
  3. Commission Regulation (EU) No 432/2012 of 16 May 2012 establishing a list of permitted health claims made on foods
  4. Evert AB, Dennison M, Gardner CD, Garvey WT, Lau KHK, MacLeod J, Mitri J, Pereira RF, Rawlings K, Robinson S, Saslow L, Uelmen A, Urbanski PB, Yancy Jr. WS. Nutrition Therapy for Adults with Diabetes or Prediabetes: A Consensus Report. Diabetes Care. 2019 May;42(5):731-754
  5. Gardner C, Wylie-Rosett J, Gidding SS, et al. Nonnutritive Sweeteners: Current Use and Health Perspectives. Diabetes Care 2012; 35(8): 1798-1808
  6. Laviada-Molina H, Escobar-Duque ID, Pereyra E, Romo-Romo A, Brito-Córdova G, Carrasco-Piña E, González-Suárez R, López-García R, Molina-Seguí F, Mesa-Pérez JA. Consenso de la Asociación Latinoamericana de Diabetes sobre uso de edulcorantes no calóricos en personas con diabetes [Consensus of the Latin-American Association of Diabetes on low calorie sweeteners in persons with diabetes]. Rev ALAD. 2018;8:152-74
  7. Serra-Majem L, Raposo A, Aranceta-Bartrina J, et al. Ibero–American Consensus on Low- and No-Calorie Sweeteners: Safety, nutritional aspects and benefits in food and beverages. Nutrients 2018; 10: 818