Le sucralose est sécuritaire et ne cause pas de cancer : Un nouvel examen des preuves scientifiques est conforme aux décisions réglementaires

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Un nouvel examen systématique global, publiée en Septembre 2016 par Berry et al. dans « Nutrition and Cancer » : Un journal international a examiné l’ensemble des preuves disponibles et des études des tests sur la sécurité et la cancérogénicité du sucralose et a confirmé que la consommation de l’édulcorant est sûre et qu’il ne cause pas de cancer.

Les experts qui ont mené cet examen systématique, intitulé « Non cancérogénicité du sucralose : Un examen de la logique scientifique et réglementaire » ont conclu que « les données probantes confirment que le sucralose est non cancérogène et sûr à ingérer. Le sucralose ne présente aucune activité cancérogène même lorsque les niveaux d’exposition sont de plusieurs ordres de grandeur supérieurs aux niveaux d’ingestion quotidiens prévus ».

Après avoir effectué un examen de l’ensemble de la littérature scientifique disponible dans ce domaine, par le biais d’une recherche systématique des études disponibles, incluant les recherches menées de manière indépendante et celles soutenues par l’industrie sur la sécurité du sucralose; les experts ont conclu que :

  • Il n’y a aucune preuve de problèmes chimiques ou de toxicité;
  • Aucun des métabolites dans le sucralose n’a été jugé cancérigène;
  • Aucun changement sur les gènes n’a été observé pouvant indiquer des effets cancérigènes;
  • À des doses allant jusqu’à des milliers de fois la consommation journalière maximale prévue chez l’homme, les études sur la toxicité et sur la cancérogénicité à long terme n’ont montré aucune preuve comme quoi le sucralose avait un quelconque potentiel cancérogène.

Tous les édulcorants à faible teneur en calories, incluant le sucralose, sont parmi les ingrédients les plus étudiés au niveau mondial, avec des études scientifiques qui confirment de manière récurrente leur sécurité, comme en témoigne également cet examen systématique publié récemment par Berry et al. Les autorités de réglementation reconnues à l’échelle mondiale qui ont approuvé leur utilisation comprennent le Comité d’experts de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) / Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les additifs alimentaires (JECFA); la U.S. Food and Drug Administration (FDA); et la European Food Safety Authority (EFSA).

Le sucralose a été approuvé pour être utilisé comme « édulcorant général dans les aliments » par la FDA des États-Unis en 19992 et un an plus tard par le Comité scientifique pour l’alimentation (SCF) de la Commission européenne (2000) 3- aujourd’hui la European Food Safety Authority (EFSA).

Selon un communiqué de presse publié par « Nutrition and Cancer » : Un journal international, des préoccupations sont soulevées de temps à autre sur les élément composants notre mode de vie qui affectent les taux de cancer. Le professeur Dr Sir Colin Berry, professeur émérite de pathologie à l’Université de Londres et auteur principal de l’étude, a déclaré : « Ce dernier examen des études sur le sucralose devrait rassurer ceux qui choisissent le sucralose; et peut être particulièrement utile aux scientifiques et aux professionnels de la santé à qui des patients peuvent demander des informations sur la sécurité des édulcorants à faible teneur en calories ».

Vous pouvez consulter la publication originale de Berry et al. sur le site officiel de Nutrition and Cancer : Un journal international en cliquant ici.

Pour obtenir plus d’informations sur le sucralose, téléchargez la fiche d’information technique sur le sucralose sur notre site ici.

En offrant un goût sucré sans les calories, les édulcorants à faible teneur en calories peuvent également être une contribution utile pour permettre aux gens de faire des choix intelligents sans avoir à sacrifier le goût agréable de la douceur sucrée et les aider à atteindre une alimentation et un style de vie équilibrés.* L’étude a été financée par McNeil Nutritionals