Entrevue avec le Dr Jean-Michel Lecerf : Comment les édulcorants à faible teneur en calories peuvent-ils être utiles dans la gestion du poids corporel ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

microphone

L’ISA s’est rendue à Lille les 26 et 28 mai; et dans le cadre des « Journées d’études » du Congrès AFDN, a rencontré le Dr Jean-Michel Lecerf, qui a donné une entrevue sur les édulcorants à faible teneur en calories.

Le Dr Lecerf, professeur agrégé et chef du Département de la nutrition à l’Institut Pasteur de Lille, en France, a été interrogé sur le rôle et les avantages des édulcorants à faible teneur en calories dans la gestion du poids corporel, mais également sur l’obésité et sur les facteurs qui l’affectent, sur les outils de gestion du poids, etc.

Voici ce qu’il nous a dit…

Q: Votre intérêt scientifique porte sur le rôle de la nutrition dans les maladies non transmissibles, comme le diabète et les maladies cardiovasculaires. Qu’est-ce qui vous a motivé à entamer des recherches sur ce domaine ?
DR LECERF : En tant qu’endocrinologue, les maladies métaboliques et de la nutrition ont dès le début suscité mon intérêt, car ces deux sujets sont très importants du point de vue de la recherche et de la prévention, mais aussi du point de vue du traitement médical.

Q : L’obésité est l’un des défis les plus importants pour la santé publique et a été liée à des maladies non transmissibles comme le diabète et les maladies cardiovasculaires. Quels sont les facteurs les plus susceptibles d’être la cause de l’obésité : la génétique, une mauvaise alimentation, l’inactivité physique et le manque d’exercice ?
DR LECERF : L’équilibre énergétique, à savoir l’équilibre entre la consommation d’énergie et la dépense énergétique, joue un rôle important dans le gain de poids. Mais nous sommes tous uniques : la génétique, l’épigénétique et le microbiote sont à l’origine de cette inégalité. En termes de santé publique, les inégalités sociales, le stress, le déséquilibre alimentaire, la pauvreté et l’ignorance sont également des facteurs importants.

Q : Pensez-vous que les complications liées à l’obésité comme l’hypertension ou la résistance à l’insuline peuvent être réversibles avec la perte de poids ?
DR LECERF : En effet, l’hypertension, la résistance à l’insuline, la dyslipidémie peuvent être partiellement ou complètement réversibles, en fonction de la gravité ou de la durée de la maladie.

Q : Pensez-vous que les personnes obèses peuvent être métaboliquement en bonne santé, ou est-il indispensable de parvenir à une perte de poids pour toutes les personnes en surpoids ou obèses ?
DR LECERF : Toutes les personnes en surpoids n’ont pas le même profil en termes de causes et d’effets. Certaines personnes obèses sont métaboliquement en bonne santé mais peuvent avoir à faire face à des conséquences de l’obésité. Pour un même poids corporel, la composition corporelle et la répartition des graisses doivent également être prises en considération. De même, une personne en surpoids qui est active, qui a une alimentation saine, et qui ne présente aucun autre facteur de risque ne nécessite peut-être pas de perdre du poids, mais seulement d’éviter d’en prendre !

Q : Recommanderiez-vous l’utilisation d’aliments et de boissons à faible teneur en calories, à faible teneur en matières grasses et à faible teneur en sucre dans un régime alimentaire amaigrissant ? Si oui, en quoi peuvent-ils être utiles ?
DR LECERF : Oui, bien sûr, vous devez apprendre à manger moins, mais sans vous sentir frustré. Cela fait partie d’une éducation complète. Une personne peut réduire sa quantité de nourriture et/ou choisir des aliments qui contiennent moins de calories, mais elle ne doit pas tomber dans le travers de la restriction cognitive, c’est-à-dire transformer le contrôle alimentaire en une expérience désagréable.

Q : Quels seraient vos conseils pour les personnes qui envisagent d’utiliser des édulcorants à faible teneur en calories et des aliments/boissons qui en contiennent pour les aider à gérer leur poids corporel ?
DR LECERF : Ces personnes doivent combiner cela avec une alimentation équilibrée, car l’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories ou la consommation de nourriture qui les contiennent ne serait pas bénéfique si les choix alimentaires et la quantité d’activité physique ne sont pas satisfaisants. Cependant, le fait d’utiliser des édulcorants à faible teneur en calories peut déjà être utile pour aider les gens à mieux se conformer à leur régime alimentaire.

Q : Certaines études d’observation ont suggéré qu’il y avait un lien entre les édulcorants à faible teneur en calories et l’obésité, tandis que les études cliniques chez l’homme appuient le fait que les édulcorants à faible teneur en calories peuvent contribuer à la perte de poids. Comment expliqueriez-vous ces résultats contradictoires ?
DR LECERF : Il existe bien un lien entre la consommation d’édulcorants à faible teneur en calories et l’obésité, mais la relation entre ces éléments n’est pas que l’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories entraîne l’obésité, mais plutôt l’inverse, c’est-à-dire que c’est le fait d’être obèse qui encourage les gens à consommer des édulcorants à faible teneur en calories (pour réduire l’apport énergétique). Une étude d’observation a démontré que les personnes qui ont pris du poids ou qui viennent de perdre du poids ont tendance à consommer plus souvent des édulcorants à faible teneur en calories.

Q : Recommanderiez-vous l’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories à d’autres groupes de personnes, comme par exemple les personnes atteintes de diabète ou de maladies cardiovasculaires ?
DR LECERF : Les édulcorants à faible teneur en calories ne sont pas une exigence pour pouvoir perdre du poids, mais ils sont utiles. Toutes les études d’intervention montrent qu’ils aident à la perte de poids, y compris à la perte de graisse abdominale, qui est un des facteurs de risque de diabète et de maladies cardiovasculaires.

– Fin de l’entrevue-

Pour en savoir plus sur le symposium ISA au congrès AFDN, veuillez cliquez ici, et lisez le communiqué de presse ISA concernant cet événement en cliquant ici.