Relation entre les résultats de la recherche et le risque de biais, le parrainage d’étude et les conflits d’intérêts financiers de l’auteur dans les examens des effets des boissons sucrées artificiellement sur les résultats pondérés : une revue systématique des examens.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Auteur(s): Mandrioli D, Kearns CE, Bero LA
Nom de la publication : PLoS ONE 11(9): e0162198. doi:10.1371/journal.pone.0162198
Année de publication : 2016

Extrait

CONTEXTE : La consommation de boissons artificiellement édulcorées a augmenté régulièrement au cours des 40 dernières années. Plusieurs études examinant les effets des boissons artificiellement sucrées sur l’évolution du poids corporel proposent des résultats et des conclusions divergents.
OBJECTIFS : To Déterminer si le risque de biais, les résultats et les conclusions des examens des effets de la consommation de boissons sucrées artificiellement sur l’évolution du poids corporel diffèrent selon l’origine du parrainage de l’étude et des conflits d’intérêts financiers que les auteurs pourraient avoir.
MÉTHODES : Nous avons réalisé un examen systématique des examens existant sur les effets des boissons sucrées artificiellement sur le poids corporel. Deux évaluateurs ont examiné de manière indépendante les articles pour inclusion, extrait des données et évalué les risques de biais. Nous avons comparé le risque de partialité, les résultats et les conclusions des examens par différents parrains de l’industrie, conflits d’intérêts financiers des auteurs et commanditaires de journaux. Nous indiquons également la concordance entre les résultats de l’examen et les conclusions.
RÉSULTATS : Les examens parrainés par l’industrie des édulcorants artificiels étaient plus susceptibles d’avoir des résultats favorables (3/4) que les examens non parrainés par cette même industrie (1/23), RR: 17,25 (IC à 95 %: 2,34 à 127,29), ainsi que des conclusions favorables (4/4 contre 15/23), RR: 1,52 (IC à 95 %: 1,14 à 2,06). Tous les examens financés par les industries concurrentes ont présenté des conclusions défavorables (4/4). Dans 42 % des examens (13/31), les conflits d’intérêts financiers des auteurs n’ont pas été divulgués. Les examens effectués par des auteurs qui avaient un conflit d’intérêts financiers avec l’industrie alimentaire (décrits dans l’article ou non) étaient plus susceptibles d’avoir des conclusions favorables (18/22) que les examens effectués par les auteurs sans conflits d’intérêts (4/9) RR: 7,36 (IC 95 %: 1,15 à 47,22). Le risque de partialité était semblable et élevé dans la plupart des examens.
CONCLUSIONS :Le parrainage des examens et les conflits d’intérêts financiers des auteurs ont introduit un biais affectant les résultats des examens des effets des boissons sucrées artificiellement sur le poids qui se saurait être expliqué par d’autres sources de biais.

Résumé

Les Mandrioli et al. Le document de révision soulève de sérieuses inquiétudes quant à son objectivité , car les conclusions, à savoir le parrainage, influent sur les résultats et les conclusions d’un examen, sont basées sur une évaluation subjective de quelques commentaires classés comme “favorables” ou “défavorables” sur la base d’un algorithme douteux. Cependant, les auteurs ont classé les examens “favorables” qui n’ont signalé aucune association ou des résultats non concluants/négatifs et, par conséquent, la conclusion principale du document est très discutable.

Plus précisément, les résultats de Mandrioli et al sont basés uniquement sur 4 critiques qui ont été classées comme “favorables” (sur un total de 31), dont l’une est un commentaire et non un examen et ne devrait pas être incluse dans l’analyse en premier lieu, alors que des trois examens restants, sont dits positifs, alors qu’il sont évidemment négatifs. En conséquence, seuls deux avis répondent aux critères de l’étude, ce qui est un nombre extrêmement petit pour tirer des conclusions. En outre, la plupart des risques relatifs (RR), estimés dans l’analyse statistique, sont basés sur des nombres extrêmement faibles et sont donc largement instables. Les auteurs ne reconnaissent pas les biais et les limites ci-dessus dans leur revue systématique, ce qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à la qualité de l’étude et à l’exactitude de ses résultats. Pour plus d’informations, lisez les commentaires de l’ISA cliquez ici .

Voir l’article en entier