Les travers et les limites d’un examen systématique par Mandrioli et al soulèvent de sérieuses inquiétudes concernant ses conclusions concernant la recherche soutenue par l’industrie sur les édulcorants à faible teneur en calories

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La déclaration de l´ISA en réponse à l’examen systématique par Mandrioli et al

L’International Sweeteners Association (ISA) réfute fortement les conclusions fausses et biaisées publiées dans un article de Mandrioli et al dans Plos One, affirmant que la recherche soutenue par l’industrie sur les boissons sucrées à faible teneur en calories et l´évolution du poids est plus susceptible de montrer des résultats favorables. Les auteurs ne reconnaissent pas une série importante de biais et de limites dans leur examen systématique, ce qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à la qualité de l’étude et à l’exactitude de ses résultats.

Il est important de noter que, en ce qui concerne la méthodologie utilisée, les auteurs n’ont pas suivi les critères d’inclusion définis pour cette revue systématique, par exemple, ils indiquent que les présentations de conférences publiées ont été exclues de leur analyse, mais la publication par Hervé Nordmann dans Agro Food Industrie Hi-Tech est clairement une critique basée sur les résultats de la conférence de l’Association internationale des édulcorants en 2011. En outre, l’examen de Nordmann est répertorié comme un examen financé par l’ISA, alors qu’en fait, l’ISA n’a fourni aucun financement à l’appui de cette publication.

En ce qui concerne les limites de cette étude, l’examen systématique de Mandrioli et al atteignent leurs conclusions douteuses en se basant uniquement sur quatre études de revue soutenues par l’industrie, un très petit nombre pour tirer des conclusions sûres. En outre, il repose sur un échantillon très hétérogène d’études comprenant des examens qui résument quantitativement les données (avec méta-analyse) ainsi que des examens qualitatifs. Cependant, ces types d’études ne sont pas comparables en termes de méthodologie et de hiérarchie de la preuve, la méta-analyse étant généralement considérée comme la forme la plus précieuse de la preuve de la recherche, alors que les examens qualitatifs peuvent résumer les éléments de preuve mais ne comprennent pas forcément explicitement des critères de sélection des éléments de preuve et se situe certainement beaucoup plus bas dans la hiérarchie de la preuve. Dans ce contexte, par exemple, il est important de souligner que deux des quatre revues financées par l’industrie incluent aussi une méta-analyse et, par conséquent, la comparaison effectuée dans cette revue systématique entre les études financées par l’industrie et non financées par l’industrie est simplement biaisée. Les autres paramètres dont la publication de Mandrioli et al ne tient pas compte sont la modification des normes relatives à la divulgation du financement et aux conflits d’intérêts pendant toute la période examinée dans cette revue (1978-2014).

L’International Sweeteners Association (ISA) croit fermement que le soutien de l’industrie alimentaire à la recherche peut contribuer le plus à l’avancement des preuves scientifiques dans les sciences de la nutrition. L´ISA soutient pleinement une relation transparente entre les scientifiques et le financement de l’industrie et encourage activement la divulgation complète de tous les conflits d’intérêts.

  1. Mandrioli D, Kearns CE, Bero LA (2016) Relationship between Research Outcomes and Risk of Bias, Study Sponsorship, and Author Financial Conflicts of Interest in Reviews of the Effects of Artificially Sweetened Beverages on Weight Outcomes: A Systematic Review of Reviews. PLoS ONE 11(9): e0162198. doi:10.1371/journal.pone.0162198
  2. Nordmann H. (2012) Low calorie foods, beverages and sweeteners Can they really contribute to a healthier future? Agro Food Industry Hi Tech.