Les édulcorants hypocaloriques sont utiles pour le contrôle du poids et ne prédisposent pas les individus au diabète

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Déclaration de l’ISA en réponse à un communiqué de presse de The Endocrine Society

L’organe collectif des preuves à l’appui des avantages des édulcorants à faible teneur en calories dans le contrôle du poids éclipsent les revendications d’une étude sur le sucralose présentée lors de l’assemblée annuelle de The Endocrine Society (ENDO 2018), le dimanche 18 mars 2018.1

Les revendications de Kundu et autres en ce qui concerne la possibilité que le sucralose affecte les graisses corporelles et provoque un dérèglement métabolique sont totalement incompatibles avec le solide corpus de preuves fondé sur une multitude d’études cliniques humaines bien contrôlées affirmant que, lorsqu’ils sont utilisés à la place du sucre, les édulcorants hypocaloriques, y compris le sucralose, peuvent aider à réduire l’apport énergétique global et la perte de poids.2,3 En outre, en aidant les personnes ayant des problèmes de gestion du poids à contrôler leur consommation de calories et de sucre sans affecter le métabolisme du glucose, les édulcorants hypocaloriques ne peuvent pas prédisposer les gens au diabète, comme le suggère cette étude expérimentale.

Ce qui est important, les résultats préliminaires de cette étude cellulaire expérimentale ont été présentés pour la première fois lors de la conférence de The Endocrine Society en 2017.4Un an plus tard, aucune publication dans une revue scientifique n’a eu lieu permettant aux experts d’examiner et évaluer les méthodes et les résultats de l’étude et la signification clinique, le cas échéant, de ces résultats.

Les types d’études présentées à l’ENDO par des chercheurs de l’Université George Washington ne sont pas les types d’études qui peuvent être considérées comme appropriées pour l’évaluation réelle des effets sur le poids corporel humain ou l’adiposité. Alors que ces expériences cellulaires (in vitro) et de biopsie des tissus adipeux (in vivo) ont examiné les effets d’une exposition élevée au sucralose en dehors d’un organisme vivant, il est hautement douteux que la consommation habituelle de sucralose chez l’humain entraîne son accumulation dans l’organisme, y compris dans le tissu adipeux, puisque le sucralose est mal absorbé, peu métabolisé et est donc excrété essentiellement inchangé dans les fèces chez l’humain. 5 Par conséquent, des études expérimentales comme celle présentée à ENDO 2018 peuvent conduire à des résultats qui ne correspondent tout simplement pas au corps humain.

La communauté scientifique a largement reconnu qu’il est essentiel à la fois d’éviter des conclusions prématurées qui pourraient résulter d’une seule étude de recherche, surtout lorsque peu de détails sont disponibles, et d’examiner l’ensemble des preuves. L’ensemble des données probantes, fondé sur un ensemble de recherches bien conçues, soutient que tous les édulcorants hypocaloriques agréés peuvent aider à réduire en toute sécurité la consommation de calories et de sucre. Ils peuvent être un outil efficace dans les stratégies nutritionnelles pour maintenir ou réduire le poids corporel et la graisse chez toutes les personnes qui souhaitent gérer leur poids corporel.

  1. https://www.endocrine.org/news-room/2018/consuming-low-calorie-sweeteners-may-predispose-overweight-…
  2. Peters, J. C., & Beck, J. Low Calorie Sweetener (LCS) use and energy balance. Physiology & behavior, 2016; 164: 524-528
  3. Rogers PJ. et al. Does low-energy sweetener consumption affect energy intake and body weight? A systematic review, including meta-analyses, of the evidence from human and animal studies. Int J Obes, 2016; 40(3): 381-94.
  4. https://www.sweeteners.org/category/32/news/230/low-calorie-sweeteners-benefits-in-weight-control-ar…
  5. Magnuson, B.A.,Carakostas, M.C., Moore, N.H., Poulos, S.P., Renwick, A.G. (2016). Biological fate of low-calorie sweeteners. Nutrition Reviews, 74(11): 670-689