Les experts soulignent l’importance de la conception d’études relatives à la recherche sur les édulcorants hypocaloriques et l’obésité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Un commentaire sur l’étude d’Azad et autres

Faits saillants :

  • Une publication récente d’Azad et autres affirme que les édulcorants hypocaloriques peuvent être liés à une augmentation du poids corporel et au risque cardiométabolique. Les données issues des essais cliniques ne concordent pas avec les résultats d’études observationnelles.
  • La conception de l’étude est un aspect essentiel de la recherche en nutrition. Bien que les études observationnelles soient utiles dans l’examen des liens ou des relations possibles, ces associations devraient être examinées plus au détail dans des essais cliniques randomisés, ce qui constitue l’étalon-or de la recherche.
  • Prises ensemble, les preuves disponibles appuient l’avantage prévu des édulcorants hypocaloriques comme étant utiles pour réduire l’apport énergétique global, lorsqu’ils sont utilisés pour remplacer le sucre.

De temps en temps, vous pouvez rencontrer des histoires en ligne jetant des doutes sur l’effet des édulcorants hypocaloriques sur le poids corporel sans nécessairement pouvoir juger de manière critique ces affirmations, surtout si vous n’avez pas des antécédents de nutrition ni médicaux. De même, lorsqu’une nouvelle étude d’Azad et autres1 soutenant que la consommation régulière d’édulcorants non nutritifs peut être associée à un IMC accru et à un risque cardiométabolique basé sur des données d’observation, a conduit à des titres à sensation, dans le monde entier, à la mi-juillet. Probablement, pour la plupart des lecteurs, il a été difficile de lire derrière les gros titres.

En effet, les titres médiatiques sont souvent trompeurs et les articles omettent fréquemment de préciser que les études épidémiologiques, en raison de leur nature observationnelle, ne peuvent pas fournir des preuves de causalité, mais seulement examiner l’association entre les facteurs qu’ils sont censés étudier. Par conséquent, dans cet article, nous présentons les commentaires de différents experts qui ont soigneusement examiné l’étude d’Azad et autres visant à fournir une vision plus critique et une interprétation des résultats.

La conclusion d’Azad et autres semble injustifiée, tel que soutenu par les experts

Dans une réponse publiée en ligne 2 dans le Journal de l’Association médicale canadienne par le Dr John Sievenpiper et ses collègues de l’Université de Toronto au Canada, les auteurs soulignent que « la conclusion d’Azad et autres indiquant que les preuves ne corroborent pas les avantages attendus des édulcorants hypocaloriques semble injustifiée » et expriment leur inquiétude quant au fait que des considérations méthodologiques importantes aient été négligées.

Comme le bénéfice attendu de l’utilisation d’édulcorants hypocaloriques est d’aider à réduire l’apport calorique en remplaçant le sucre avec peu/ pas de calories, tout en maintenant le goût sucré souhaité, on s’attendrait à ce que l’étude vise à examiner l’effet de ce déplacement calorique sur le poids corporel. Cependant, sur la base des critères de sélection de la méta-analyse des essais contrôlés randomisés (ECR), l’étude d’Azad et autres inclus les essais qui ont utilisé comme comparaison de l’eau ou un placebo, ne tenant donc pas compte de la nature du comparateur. Sur cette base, l’étude ne peut fournir de preuve sur l’avantage attendu des édulcorants hypocaloriques.

En outre, le Dr Sievenpiper et ses collègues soulignent les limites des études observationnelles qui, de par leur conception, ne peuvent pas prouver la « cause et l’effet ». Malgré les affirmations d’Azad et autres, les auteurs de cette réponse notent que la conception prospective des études de cohorte ne limite pas la confusion résiduelle et ne peut exclure la possibilité d’une causalité inverse, ce qui signifie que les personnes ayant un IMC plus élevé choisissent souvent des édulcorants hypocaloriques, dans leurs efforts pour réduire la consommation de sucre et de calories et gérer leur poids corporel. Par conséquent, ils concluent qu’Azad et autres donnent trop d’importance aux études de cohortes prospectives dans leurs conclusions et queces incertitudes suggèrent que les estimations des études de cohortes prospectives ne sont pas fiables et que de nouvelles recherches sont susceptibles d’avoir un impact important sur leur direction, leur ampleur et leur précision.’

Les limites de l’étude doivent être prises en compte dans l’interprétation des résultats

En tant qu’épidémiologiste, le professeur Carlo La Vecchia, Université de Milan, Italie, souligne que « les données des études observationnelles (cohortes) sont sujettes à des biais d’indication ou à des causalités inverses et, d’une manière peu surprenante, montrent des effets opposés sur l’IMC » [par rapport aux RCT] En outre, il souligne les quelques données utilisées dans la méta-analyse des RCT pour détecter les différences de l’IMC moyen (n = 120) et de poids corporel (n = 345) entre les consommateurs d’édulcorants hypocaloriques et les groupes témoins.

Le professeur Peter Rogers, de l’Université de Bristol, Royaume-Uni, qui a récemment mené un examen systématique approfondi et une méta-analyse 3 sur ce sujet, a noté que : « En utilisant un critère de 6 mois, les auteurs [dans l’étude d’Azad et autres] ont exclu plusieurs études d’intervention pertinentes. Curieusement, leurs études d’intervention sont un mélange de ceux comparant les LCS avec de l’eau et ceux comparant les LCS avec du sucre . Les études avec des enfants sont également exclues, de sorte que le résultat très clair de Ruyter et autres (2012)4 – la meilleure étude jusqu’à ce jour – n’est pas discuté. Contrairement aux conclusions de l’étude d’Azad et autres, la vaste revue systématique de la littérature et de la méta-analyse menée par le professeur Rogers utilisant les données de 56 essais à court terme rapportant 218 comparaisons, 13 essais d’intervention soutenue et 10 études de cohorte prospectives, a révélé que,dans l’ensemble, la balance des preuves indique que l’utilisation d’édulcorants hypocaloriques (LCS) à la place du sucre, chez les enfants et les adultes, entraîne une réduction de l’apport énergétique et du poids corporel.

De même, la nutritionniste agréée Sigrid Gibson, également auteur de plusieurs publications scientifiques sur les édulcorants hypocaloriques, est d’accord et note que « la comparaison choisie par Azad dans les 7 RCT était avec des LCS versus de l’eau ou du placebo, pas des LCS versus du sucre ou des boissons sucrées. Par conséquent, la conclusion du document, selon laquelle « Les preuves provenant des RCT n’appuient pas clairement les avantages attendus des édulcorants non nutritifs pour la gestion du poids » est trompeuse car elle ne répond pas à leur utilisation prévue, qui est de remplacer le sucre. Que les LCS ont un impact similaire sur le poids corporel à l’eau ou à un placebo est exactement comme prévu, étant donné leur teneur en calories négligeable. La méta-analyse des données de l’essai montre que l’effet global des LCS était une très petite diminution non significative du poids ou de l’IMC. Les conclusions des documents semblent donner plus de poids aux données de la cohorte, qui sont observationnelles et sujettes à confusion.”

Malgré les gros titres médiatiques, les édulcorants hypocaloriques doivent être considérés exactement pour ce qu’ils sont et pour ce que la science soutient dans leur utilisation : ce sont des ingrédients au goût sucré qui ne contiennent pas ou pratiquement pas de calories dans les aliments et les boissons introduits en petites quantités à la place du sucre. Alors que les édulcorants hypocaloriques ne sont pas une solution miracle pour la perte de poids, les experts concluent que, pris ensemble, les preuves scientifiques appuient l’utilisation d’édulcorants hypocaloriques à la place du sucre, afin de réduire l’apport énergétique global et ainsi contribuer au contrôle du poids.

Dans des périodes où les taux d’obésité atteignent des proportions épidémiques, à l’échelle mondiale, et où toutes les stratégies diététiques pour la réduction des calories et la perte de poids sont importantes, les gens méritent des informations claires et fondées sur les preuves concernant l’impact des édulcorants.

Pour lire la déclaration de l’ISA en réponse à l’étude d’Azad et autres cliquez ici.

  1. Azad M., Abou-Setta AM., Chauhan BF., et al. Nonnutritive sweeteners and cardiometabolic health: a systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials and prospective cohort studies. Canadian Medical Association Journal, July 2017; 189: E929-39
  2. Sievenpiper JL, Khan TA, Ha V, Viguiliouk E, Auyeung R. The importance of study design in the assessment of non-nutritive sweeteners and cardiometabolic health. A letter in response to Azad et al study in CMAJ. Available online: http://www.cmaj.ca/content/189/28/E929/reply#cmaj_el_733381
  3. Rogers PJ, Hogenkamp PS, de Graaf C, et al. Does low-energy sweetener consumption affect energy intake and body weight? A systematic review, including meta-analyses, of the evidence from human and animal studies. Int J Obes (Lond) 2016; 40: 381-94.
  4. de Ruyter JC, Olthof MR, Seidell JC, Katan MB. A trial of sugar-free or sugar-sweetened beverages and body weight in children. N Engl J Med 2012; 367: 1397–1406