Les experts parviennent à un consensus sur le rôle des édulcorants dans la santé publique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Informations clés :

  • La réduction de l’apport excessif de sucres est recommandée partout dans le monde afin de diminuer le risque et la prévalence de l’obésité. L’utilisation des édulcorants est l’une des stratégies à prendre en compte.
  • Des experts ont convenu que, lorsque les édulcorants sont utilisés à la place du sucre pour réduire la densité énergétique des aliments et des boissons, ils peuvent aider à diminuer l’apport énergétique (calorique) net et favoriser le contrôle du poids et du diabète.
  • La sécurité des édulcorants est démontrée à l’aide d’une quantité substantielle de preuves, ayant été examinées et évaluées par les agences de réglementation indépendantes du monde entier.
  • Il est nécessaire d’étudier et de développer des stratégies fondées sur des données probantes, afin de communiquer les données aux consommateurs, aux professionnels de la santé et aux responsables politiques.
  • Des efforts s’imposent pour connaître et, si possible, pour réconcilier les divergences en matière de politiques entre les organisations, ainsi que pour réduire les obstacles réglementaires qui entravent le développement et la reformulation des produits conçus pour réduire les sucres et les calories.

Une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique, évaluée par les pairs, Nutrition Research Reviews présente les données fiables, les lacunes des connaissances et les actions proposées concernant le rôle des édulcorants dans la santé publique et dans les politiques nutritionnelles, et convenues par dix-sept experts scientifiques et universitaires qui participèrent à un atelier organisé le 7 novembre 2018 à Londres. L’un des principaux atouts de cet atelier est la vaste et riche expérience des participants dans les différents domaines de la science des édulcorants. En utilisant des techniques de consensus, le groupe d’experts a débattu et est parvenu à un consensus sur des déclarations relatives aux données, aux lacunes et aux actions qui portent sur trois thèmes :

  1. Le rôle des édulcorants dans le contrôle du poids et du glucose
  2. La consommation et la sécurité des édulcorants ainsi que la perception des consommateurs
  3. Le rôle des édulcorants dans les politiques nutritionnelles

Contexte

Les experts en santé publique du monde entier suggèrent qu’il est nécessaire de réduire l’apport en sucres afin de diminuer le risque et la prévalence de l’obésité, une maladie qui représente un problème de santé publique majeur. L’utilisation des édulcorants est l’une des stratégies qui permet de réduire les sucres et qui a aidé depuis des décennies déjà l’industrie alimentaire à proposer des produits contenant moins de sucres et moins de calories. Cependant, malgré l’innocuité confirmée des édulcorants et les efforts déployés pour réduire la consommation de sucres, il existe encore une méfiance auprès des professionnels de la santé et des responsables politiques à l’égard des édulcorants, ainsi que des perceptions erronées chez les consommateurs. C’est pourquoi, l’objectif de cet atelier d’experts était d’examiner les preuves scientifiques actuelles, d’établir des déclarations claires et simples sur les édulcorants (données), de mettre l’accent sur les domaines qui nécessitent davantage de recherches (lacunes) et de proposer les moyens à mettre en œuvre pour obtenir des avancées (actions) dans le domaine de la science et des politiques relatives aux édulcorants.

Principaux résultats de l’atelier : un résumé des déclarations de consensus

Le groupe d’experts a débattu et a adopté 37 déclarations sur ce que nous savons (15 déclarations – données), sur ce dont nous avons besoin de savoir (11 déclarations – lacunes) et sur ce que nous devrions savoir (11 déclarations – actions) dans le domaine de la science et des politiques nutritionnelles liées aux édulcorants. Nous présentons ci-dessous un résumé des plus importantes déclarations de consensus issues de l’atelier d’experts.

Données :

  1. La sécurité des édulcorants a été démontrée au moyen d’un vaste ensemble de preuves qui ont été examinées et évaluées par des organismes de réglementation indépendants du monde entier. Ces organismes réglementaires de sécurité des aliments évaluent de manière rigoureuse et confirment à maintes reprises la sécurité des édulcorants approuvés. La création de modèles d’exposition aux édulcorants et leur contrôle sont effectués de manière continue, démontrant que leur consommation est conforme aux doses journalières admissibles (DJA).
  2. Lorsqu’ils remplacent les sucres dans le but de réduire la densité énergétique des aliments et des boissons, les édulcorants permettent de diminuer l’apport énergétique net et d’aider au contrôle du poids. Les édulcorants n’ont pas d’effets négatifs sur la régulation du glucose dans le sang et sur l’insuline (HbA1c, taux de glucose et d’insuline à jeun et postprandiales) chez les personnes atteintes ou non de diabète. La valeur potentielle des édulcorants dans le traitement diététique du diabète provient de leur rôle de substituts des sucres et donc des glucides.
  3. Il est recommandé partout dans le monde de réduire l’apport en sucres afin d’atténuer le risque et la prévalence de l’obésité. C’est pourquoi l’une des stratégies à prendre en compte est l’utilisation des édulcorants qui permettrait à la fois de réduire la teneur en sucres et énergétique des boissons et de certains aliments, et de conserver le même profil sensoriel. Les possibilités de réduction de l’apport énergétique dépendent des options de reformulation et des substances utilisées pour remplacer la plus grande partie du sucre.

Lacunes :

  1. Quels facteurs (dont la connaissance, les attitudes et les comportements) influent sur la perception des risques et des bénéfices de la consommation des édulcorants ? Quelles sont les meilleures stratégies pour informer les professionnels de la santé et le public en général sur la sécurité et l’efficacité des édulcorants ?
  2. Quels sont les bénéfices et les effets à plus long terme des édulcorants sur le contrôle du poids et du diabète, ainsi que sur d’autres résultats en matière de santé ? Ces effets varient-ils en fonction des facteurs personnels (âge, sexe, situation socio-économique, état de santé, alimentation et style de vie), du contexte diététique (ad libitum vs régime alimentaire), de la forme du produit édulcoré peu ou non calorique (liquide ou solide) et du type d’édulcorant ?
  3. Comment les édulcorants peuvent-ils aider les personnes à respecter les recommandations alimentaires faites à la population pour réduire l’apport en sucres ?

Actions :

  1. Il est nécessaire d’effectuer des recherches et de développer des stratégies fondées sur des données scientifiques qui permettraient de communiquer les données aux consommateurs, aux professionnels de la santé et aux responsables politiques. Le vaste ensemble de preuves scientifiques qui appuie l’approbation réglementaire des édulcorants et l’évaluation continue de leur sécurité peuvent aider à prendre des décisions plus éclairées en matière de santé publique.
  2. Il est également nécessaire de réaliser des études de haute qualité sur les êtres humains :
    • Des ERC (essais randomisés contrôlés) correctement conçus (cadre temporel approprié d’une année ou plus), avec différents comparateurs et porteurs d’édulcorants (matrice alimentaire et de boissons), qui évalueraient de multiples paramètres (qualité de l’alimentation, fonction du microbiote intestinal et métabolomique, et mesures plus larges de la santé et de la qualité de vie);
    • Des études de cohorte effectuées auprès de la population pour élaborer des modèles de changement du poids/risque cardiométabolique, dans un contexte de modifications de la consommation d’édulcorants, sans valeurs de référence et qui intègrent une analyse de substitution (par ex. des boissons édulcorées peu ou non caloriques par des boissons caloriques, de l’eau, etc.) et un ajustement de l’adiposité.
  3. Afin d’aider à réconcilier les divergences en matière de politiques, les responsables politiques, les scientifiques et les experts en réglementation doivent parvenir à une compréhension commune du rôle des édulcorants dans l’alimentation. La création de modèles de tendances de la consommation d’édulcorants et la capacité d’aider à atteindre les objectifs de réduction du sucre sont nécessaires pour aider à informer les politiques.

Nous vous invitons à regarder cette vidéo qui présente les plus importants résultats de l’atelier d’experts et les entretiens réalisés avec les principaux auteurs du rapport, notamment la docteure Margaret Ashwell, OBE, DSc, PhD, FAfN, nutritionniste agréée (Santé publique) et Mme Sigrid Gibson, MA, MSc, FAfN, nutritionniste agréée (Santé publique).

Message à retenir

Des efforts s’imposent pour connaître et, si possible, pour réconcilier les divergences en matière de politiques entre les organisations, ainsi que pour réduire les obstacles réglementaires qui entravent le développement et la reformulation des produits conçus pour réduire les sucres et les calories. Toutefois, malgré les garanties formulées de manière régulière et continue par les autorités de sécurité alimentaire sur la sécurité des édulcorants, il existe encore une certaine méfiance auprès des consommateurs, des professionnels de la santé et des responsables politiques à l’égard des édulcorants. C’est pourquoi, le groupe d’experts a estimé que le grand ensemble de preuves portant sur la sécurité des édulcorants devrait être communiqué de manière cohérente. Il est par ailleurs nécessaire de mettre en place une communication qui permette de mieux informer l’opinion publique sur les édulcorants, en mettant l’accent, par exemple, sur les bénéfices potentiels pour la santé de la réduction de l’apport en sucres (et énergétique) et sur le rôle des édulcorants pour y arriver. Il est important d’expliquer que l’impact global des édulcorants dépendra de la quantité de sucres remplacés dans l’alimentation et dans la réduction globale de l’apport calorique (énergétique) obtenue. Il ne faut pas s’attendre à ce que l’utilisation des édulcorants entraîne à elle seule une perte de poids, telle une solution miracle. Les bénéfices dépendront de la manière d’utiliser et de substituer les aliments et les boissons qui contiennent des édulcorants, ainsi que de la qualité de l’alimentation et de l’apport énergétique global.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la liste complète des déclarations de consensus dans le rapport intitulé « Consensus des experts sur les édulcorants : données, lacunes en matière de recherche et actions proposées » (Ashwell et al., 2020), publié en ligne dans la revue évaluée par les pairs Nutrition Research Reviews.

  1. Ashwell MA, Gibson S, Bellisle F, Buttriss J, Drewnowski A, Fantino M, Gallagher AM, de Graaf K, Goscinny S, Hardman CA, Laviada-Molina H, López-García R, Magnuson B, Mellor D, Rogers P, Rowland I, Russell W, Sievenpiper J, la Vecchia C. Expert consensus on low-calorie sweeteners: facts, research gaps and suggested actions. Nutr Res Rev. 2020;33(1):145-154. doi: 10.1017/S0954422419000283. [Epub ahead of print]