Faits saillants du 34e Symposium international sur le diabète et la nutrition

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Dans le contexte du 34ème Symposium international sur le diabète et la nutrition, qui s’est déroulé du 29 juin au 1er juillet, des scientifiques et des professionnels de la santé et de la nutrition du monde entier se sont réunis à Prague pour discuter et débattre des développements scientifiques émergents sur le rôle de l’alimentation dans la prévention et le traitement du diabète.

Une des sessions les plus intéressantes au cours de cette conférence de trois jours, intitulée « Vivre sucré : Les édulcorants non caloriques peuvent-ils contribuer à la lutte contre l’obésité et le diabète ? » et présidée par le Dr John Sievenpiper et le Dr Kjeld Hermansen, a réuni quatre scientifiques et experts de renom dans leurs domaines, qui ont offert au public une discussion très éclairante sur les édulcorants à faible teneur en calories et leur rôle contre l’obésité et le diabète.

En ouverture de session, le professeur Fred Brouns, de la Faculté de la santé, de la médecine et des sciences de la vie, à l’Université de Maastricht (Pays-Bas), a présenté les effets métaboliques et physiologiques des édulcorants caloriques et des édulcorants à faible teneur en calories, et a souligné que les humains présentent une préférence innée pour le goût sucré, immédiatement remarquable après la naissance. Il a également examiné l’association entre l’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories et l’obésité et a souligné que « l’obésité est un problème multifactoriel de mode de vie et que de nombreuses corrélations trouvées dans certaines études d’observation ont conduit à des informations prises hors contexte et à des gros titres médiatiques trompeurs ». Cela pourrait également être le cas à l’occasion du lien trouvé dans certaines études épidémiologiques entre les édulcorants à faible teneur en calories et l’obésité. Dans un exemple très illustratif, le Prof Brouns a expliqué que « les personnes en surpoids sont invitées à boire de l’eau ou des boissons diététiques à la place des boissons sucrées afin de réduire leur consommation d’énergie et, par conséquent, une corrélation est observée entre l’obésité et la consommation d’eau et de boissons diététiques, ce qui est clairement un cas de causalité inverse ».

À son tour, le professeur Peter Rogers, professeur de psychologie biologique à l’Université de Bristol (Royaume-Uni) a présenté au public son analyse systématique et sa méta-analyse publiées récemment dans le Journal international de l’obésité, qui analysent les effets de la consommation d’édulcorants à faible teneur en calories sur l’apport énergétique et le poids corporel. Cet examen systématique de Rogers montre que les aliments et les boissons sucrés avec des édulcorants à faible teneur en calories au lieu du sucre contribuent à la réduction de l’apport énergétique, ce qui contribue à la perte et à la gestion du poids.

Comme l’a souligné le Professeur Rogers, qui a également présenté des données préliminaires non publiées provenant d’études humaines en cours, qui examinent l’effet des boissons diététiques sur le désir de goût sucré et de consommation d’aliments sucrés par rapport à l’eau et à d’autres boissons, « Contrairement à ce que a été suggéré par les auteurs, les essais sur l’homme montrent que l’exposition au sucré avec l’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories tend à réduire le désir des gens pour le goût sucré et à satisfaire réellement ce besoin et diminuer potentiellement la consommation de produits sucrés. »

Enfin, le Dr James O. Hill, directeur de l’Unité de recherche à la clinique de nutrition du Colorado (États-Unis), a abordé le sujet du rôle des édulcorants à faible teneur en calories dans la perte de poids et dans l’entretien de cette perte de poids, dans le cadre des résultats issus d’une étude clinique menée par lui et son équipe, qui a été publiée dans le journal de Obesity révisé par des pairs. Selon les résultats de l’étude, les personnes qui consommaient des boissons diététiques et maintenaient ce comportement au cours du programme de perte de poids et d’entretien d’un an, ont perdu plus de poids pendant la période de perte de poids de 12 semaines et, surtout, ont connu un meilleur maintien de cette perte de poids à 52 semaines, par rapport aux participants qui ont été autorisés à boire uniquement de l’eau. Étant donné que le maintien du poids est une tâche très difficile, ces résultats pourraient avoir une importance encore plus grande, car la différence la plus significative trouvée entre les deux groupes a été observée pendant la période de maintien du poids, ce qui signifie que le rôle bénéfique des boissons sucrées à faible teneur en calories pourrait probablement être encore plus important dans le maintien du poids à long terme que dans la perte de poids.

Dr Hill a mené à terme son discours en déclarant que « un grand nombre d’études humaines bien menées ne montrent aucun effet négatif des édulcorants à faible teneur en calories sur le contrôle et la gestion du poids. Nous devrions être convaincus que les édulcorants à faible teneur en calories peuvent aider à perdre du poids, lorsqu’ils sont utilisés dans le cadre d’un programme intentionnel de gestion du poids ».

Lors de la table ronde qui a suivi la session ci-dessus, tous les intervenants ont convenu que « il y a une recherche de qualité chez l’homme qui affirme constamment le rôle utile des édulcorants à faible teneur en calories dans le contrôle et la gestion du poids ».

Vous pouvez également lire le communiqué de presse de l’ISA sur cette session ici, et en savoir plus sur le 34ème Symposium international sur le diabète et la nutrition et la participation de l’ISA en cliquant ici .