Consommer des édulcorants, un outil sûr et utile pour la gestion du poids et les risques de santé associés

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Invité Professeur Dr. Adam Drewnowski , Centre pour la santé publique et la nutrition de l’Université de Washington à Seattle, a souligné que « , inclure des édulcorants à faible teneur en calories et non caloriques dans le régime alimentaire aide au contrôle du poids. En outre, diverses études de laboratoire ont constamment montré que les LNCS ne stimulent pas trop les récepteurs du goût, ne déclenchent pas la faim et , en conséquence font que les individus n’en abusent pas ».

Il a ajouté « Bien qu’il n’ait pas été possible de démontrer la causalité, l’analyse des données provenant d’études d’observation à grande échelle et d’interventions cliniques menées aux États-Unis a permis d’identifier certaines tendances socioéconomiques liées à la consommation de boissons à faible tenur en calries et non caloriques. Selon ces études d’observation, les personnes qui consomment des aliments et des boissons contenant des LNCS sont souvent très instruites » et « il est commun qu’elles aient un mode de vie sain, avec des habitudes diététiques et d’exercice appropriées ».

L’évaluation EFSA a confirmé la sécurité des LNCS

Professeur Dr. Arturo Anadón du Département de Toxicologie et Pharmacologie de l’École Vétérinaire de l’Université Complutense, a également souligné la sécurité des LNCS, déclarant que “ actuellement, ces édulcorants à faible teneur en calories et sans calories sont évalués et approuvés par l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Les composés qui les forment se trouvent naturellement dans d’autres types d’aliments tels que les fruits et les légumes, et il a été démontré que leur utilisation dans les quantités quotidiennes recommandées ne représente aucun risque de développer des maladies “.

En plus de soutenir la réduction et la maintenance du poids, ils sont un outil utile dans la gestion des maladies non transmissibles telles que le diabète sucré, des études montrent qu’il n’y a pas d’association entre la consommation des LNCS et une augmentation de l’incidence d’autres maladies telles que le cancer.

Le professeur Carlo la Vecchia , du Département d’épidémiologie de l’Institut de recherche de pharmacologue Mario Negri à Milan, a souligné dans sa présentation, “ récente les études réalisées en Italie comparant les patients avec différents types de cancer à des patients en bonne santé ayant montré qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves épidémiologiques pour suggérer un lien entre la consommation de saccharine, d’aspartame ou d’autres édulcorants et le risque de souffrir des néoplasmes les plus courantsVoici davantage d’informations sur les experts scientifiquesProfesseur Dr. Arturo Anadón : Professeur titulaire et Chef du Département de Pharmacologie et Toxicologie, Université Complutense de Madrid. Master en pharmacologie de base, Faculté de médecine, Université Complutense de Madrid (Espagne). Chercheur invité, Département de pathologie animale, École nationale vétérinaire de Toulouse, France. IRI Research Institute Fellowship, États-Unis. Conseil de recherches médicales, London, R.U., Membre de recherche invité. Départements de physiologie appliquée et de sciences chirurgicales, et Pharmacologie, Collège royal des chirurgiens de Londres, R.U. Membre du Real Colegio Complutense à l’Université de Harvard (États-Unis). Membre du Groupe consultatif d’experts sur la salubrité des aliments à l’Organisation mondiale de la santé, Genève, Suisse. Membre du JECFA. Composition du Groupe de l’Autorité européenne de sécurité des aliments sur les matériaux pour les contacts alimentaires, les enzymes, les aromates et les aides à la transformation. Parme (Italie). Expert de l’EMA, EFSA, Organisation des États américains, Agence internationale de l’énergie atomique. Membre de l’Académie royale des médecins d’Espagne. Membre correspondant de l’Académie nationale royale de pharmacie. Il est l’auteur ou le co-auteur de plus de 200 articles de recherche examinés par des pairs et 100 chapitres de livres. Membre du comité de rédaction de plusieurs revues.Professeur Dr. Adam Drewnowski : Le docteur Adam Drewnowski est directeur du Centre de santé publique et de nutrition et professeur d’épidémiologie à l’École de santé publique de l’Université de Washington. Il est professeur adjoint de médecine et directeur du Centre UW pour la recherche sur l’obésité. Le Dr. Drewnowski a obtenu une maîtrise en biochimie du Balliol College, Oxford et un doctorat en psychologie de l’Université Rockefeller à New York. Il a été membre des facultés de l’Université Rockefeller et de l’Université du Michigan avant de rejoindre l’Université de Washington. Ses études portent sur les disparités socio-économiques de l’obésité et du diabète, et sur le prix des aliments sains. Le Dr. Drewnowski a développé de nouvelles méthodes SIG/GPS pour cartographier la géographie de l’obésité et du diabète à l’échelle du quartier. Ses recherches actuelles portent sur l’élaboration de mesures de valeur afin d’identifier des aliments abordables, accessibles, durables et riches en éléments nutritifs. Il est l’auteur des modèles Nutrient Rich Foods (Nourriture riche en éléments nutritifs) de profils de nutriments pour classer les aliments en fonction de leur qualité nutritionnelle. Le Dr. Drewnowski a siégé au Comité permanent de l’Institut de médecine pour prévenir l’obésité infantile et travaille actuellement sur la densité nutritive du régime en relation aux émissions de gaz à effet de serre; Classant les aliments selon leur valeur nutritive et leur coût estimé en carbone.Carlo La Vecchia Le Dr. La Vecchia a reçu son diplôme de médecine de l’Université de Milan et est également diplômé en sciences de l’épidémiologie clinique de l’Université d’Oxford. Il est reconnu mondialement comme une autorité de premier plan en matière d’étiologie et d’épidémiologie du cancer. Actuellement, il est professeur d’épidémiologie à l’École de médecine de l’Université de Milan. Le Dr. La Vecchia sert de rédacteur en chef pour de nombreuses revues cliniques et épidémiologiques. Il est parmi les épidémiologistes les plus renommés et les plus productifs sur le terrain avec plus de 1.790 articles évalués par les pairs dans la littérature et est l’une des recherches médicales les plus citées dans le monde, selon ISIHighlyCited.com, le développeur et l’éditeur de Science Citation Index. Le Dr La Vecchia est professeur adjoint de médecine au Vanderbilt Medical Center et au Centre de cancérologie Vanderbilt-Ingram et au Département d’épidémiologie de l’Université de Lausanne. Le Dr. La Vecchia est conseiller temporaire à l’Organisation mondiale de la santé à Genève et journaliste inscrit à Milan. Il a été professeur associé adjoint d’épidémiologie à l’École de santé publique de Harvard entre 1996 et 2001 et était chercheur principal, il s’intéresse à l’épidémiologie du cancer et le risque lié à l’alimentation, au tabac, à la contraception orale et à l’exposition professionnelle ou environnementale aux substances toxiques, ainsi que l’analyse des tendances temporelles et la répartition géographique de la mortalité par cancer, maladies cardiovasculaires, maladies périnatales et autres conditions sélectionnées.