Levez-vous et participez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Auteur(s): Janette Marshall*

« Être plus actif pourrait non seulement aider à contrôler le poids corporel et à prévenir le diabète de type 2 et d’autres problèmes de santé chroniques, mais pourrait également permettre de réaliser des économies massives en matière de budgets de santé globaux », selon le professeur Greg Whyte De l’Institut de recherche sur les sciences du sport et de l’exercice à l’Université John Moores de Liverpool.

Fait plus choquant encore, l’inactivité physique compte pour environ 16 % des décès chez les hommes et les femmes, a déclaré le professeur Whyte à la conférence de l’International Sweeteners Association à Bruxelles la semaine dernière (02-04-14).

« Seulement environ 40 % des hommes et 30 % des femmes au Royaume-Uni respectent les recommandations minimales validées à l’échelle internationale en matière d’activité physique », a déclaré le professeur Whyte, « mais lorsque leurs estimations sont mesurées objectivement par d’autres, ce chiffre tombe à 5 % »

L’Organisation mondiale de la santé recommande 30 minutes d’activité physique modérée par jour pour les adultes et une heure pour les enfants. « Cela correspond à 150 minutes par semaine, mais qui peuvent être divisées en sessions de 10 minutes, si cela correspond mieux à votre style de vie », a déclaré le professeur Whyte.

« Pratiquer plus de 150 minutes n’apporte pas beaucoup plus de bénéfices, mais toute activité, peu importe la quantité, est toujours meilleur que de ne rien faire ».

Le professeur Whyte a critiqué les gouvernements pour avoir dépensé proportionnellement de petits budgets en matière d’éducation de santé sur les avantages de l’activité physique; fait qui touche un grand nombre de personne; comparativement aux problèmes de santé qui touchent des nombres moins importants des personnes et qui ont un impact moindre sur l’économie.

« Les montants alloués à l’information sur l’activité physique sont parmis les moins importants, et ce malgré le fait que l’inactivité représente le même niveau de risque que pour les maladies cardiaques et le tabagisme ». Son importance devrait donc être soulignée auprès des personnes dès le plus jeune âge. « Les tableaux de classement des performances scolaires devraient inclure les niveaux d’activité physique en parallèle aux résultats des examens, et ce afin que les gens puissent voir que le fait d’être plus actifs physiquement améliore les performances aux examens », a suggéré le professeur Whyte.

« Les recherches montrent qu’il existe une courbe quantité-réponse inhérente à l’activité physique. Plus votre niveau d’activité physique est élevé, moins vous avez de chances de développer une maladie chronique. Cela aide également à combattre la dépression et, contrairement à certains produits pharmaceutiques réputés être magiques, l’activité physique n’a pas d’effets secondaires ».

« Pour l’ensemble des personnes, appliquer de petits changements au niveau de l’activité physique peut avoir un impact important sur la réduction du risque de maladie, par exemple : Le diabète de type 2, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le cancer du sein et du colon, l’hypertension artérielle, des lipides sanguins, le syndrome métabolique et la toxicomanie ».

Se concentrer sur l’aptitude physique et la réduction des risques pour la santé plutôt que sur la taille et le poids peut s’avérer être une meilleure approche pour les personnes obèses et en surpoids, a déclaré le professeur Whyte. « Un grand nombre de personnes en surpoids ou obèses souffrent d’isolement social et de dépression; et l’activité physique a été démontrée comme apportant des améliorations psychologiques et sociologiques ».

« La meilleure approche pour être plus actif est d’adopter une combinaison d’activités d’aérobie (marche, natation et d’autres activités qui conduisent à un état d’essoufflement) et d’activités d’effort (musculation) qui améliore l’absorption du glucose par les muscles », explique le professeur Whyte.

« Les deux types d’activité augmentent la combustion des graisses et le poids métabolique », a expliqué Whyte. « Des essais en milieux professionnels ont montré que quatre sessions de marche pendant 30 minutes par semaine sur deux mois permettent une amélioration globale du niveau de santé »

Et pour les obèses, l’idée qu’il vaut mieux être gras et en forme que d’avoir un poids normal et pas en forme détient une certaine vérité. « Même pour les personnes très obèses, avec un IMC de plus de 35, deux heures et demi d’activité modérée par semaine augmente l’espérance de vie au-delà de celle des personnes sédentaires de poids normal », a déclaré le professeur Whyte. “Le but de chacun est d’identifier quel type d’exercice lui convient le mieux et de s’y tenir », a-t-il conclu.

*Janette Marshall, journaliste en nutrition et en santé