Nouvelles scientifiques émergentes sur les édulcorants hypocaloriques présentées lors du plus grand événement scientifique sur la nutrition dans le monde

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Faits saillants du 21e Congrès international de la nutrition

Faits saillants :

  • Les données probantes appuient l’utilisation d’édulcorants hypocaloriques comme moyen de réduire la consommation de calories et de sucre dans un régime alimentaire équilibré, selon un récent résultat de la réunion du Consensus.
  • Une nouvelle étude d’intervention de 4 semaines ne montre aucun impact de la consommation quotidienne de boissons sucrées hypocaloriques à l’heure des repas sur l’appétit et l’apport alimentaire.
  • Un nouvel essai clinique de six mois ne révèle aucun effet négatif des édulcorants hypocaloriques sur la sensibilité à l’insuline et sur les marqueurs de risque du diabète de type 2.

Les dernières données sur la science des édulcorants hypocaloriques figuraient parmi des sujets très intéressants présentés lors du 21e Congrès international de la nutrition (ICN) tenu cette année à Buenos Aires, en Argentine, du 15 au 20 octobre. Dans l’ensemble, les professionnels de la nutrition du monde entier attendent les nouvelles scientifiques émergentes que les experts en alimentation et nutrition mettent en lumière lors de l’ICN, l’un des plus grands événements scientifiques mondiaux sur l’alimentation et la nutrition organisé par l’Union internationale des sciences nutritionnelles (IUNS), tous les quatre ans. Par conséquent, le fait de réunir lors du 21e ICN des experts de premier plan, dans le domaine de la science des édulcorants hypocaloriques pour présenter de nouvelles données sur ce domaine scientifique est d’un grand intérêt pour les scientifiques et les professionnels de la santé et de la nutrition dans le monde.

Les résultats de nouveaux essais cliniques randomisés relatifs aux effets des édulcorants hypocaloriques sur l’appétit et l’apport énergétique, ainsi que sur la sensibilité à l’insuline et le diabète de type 2, les données récentes des revues systématiques sur le rôle des édulcorants et un aperçu des dernières données sur l’utilisation, le rôle, les bienfaits et la sécurité des édulcorants hypocaloriques ont été présentés lors de deux symposiums scientifiques très suivis ainsi que lors des présentations par affiche, dans le cadre du XXIe Congrès International de la Nutrition.

Pour plus d’informations sur les sujets et les intervenants des sessions scientifiques sur les édulcorants hypocaloriques lors du XXIème IUNS de l’ICN, visitez la page dédiée sur le site de l’ISA en cliquant ici.

Un nouvel essai clinique confirme qu’aucun effet n’a lieu par l’apport de boissons sucrées hypocaloriques sur l’appétit

Une présentation par affiche du Dr Marc Fantino, qui a présenté les résultats d’un nouvel RCT chez 164 adultes sains et normaux, a démontré que, par rapport à l’eau, la consommation aiguë et à long terme de boissons sucrées hypocaloriques au moment des repas, pendant 4 semaines, n’affecte pas l’apport alimentaire ni l’appétit et n’augmente l’apport en calories ou en macronutriments. De plus, la sélection et la consommation d’aliments sucrés ne différaient pas entre les groupes consommant des boissons diététiques et de contrôle (eau), ce qui confirme que l’apport en édulcorants n’entraîne pas une augmentation des préférences et de la consommation de produits sucrés. Ce qui est important, cela a été confirmé pour les personnes qui consommaient régulièrement des boissons diététiques ou qui ne consommaient pas des édulcorants hypocaloriques, même après une période d’accoutumance de 4 semaines à l’apport quotidien d’édulcorants hypocaloriques.

Absence d’effet des édulcorants hypocaloriques sur la sensibilité à l’insuline, un nouvel essai à long terme

En présentant les dernières données sur les édulcorants hypocaloriques et l’état de la recherche en ce qui concerne leur effet sur la gestion du poids, la Prof Anne Raben, Université de Copenhague, Danemark, a annoncé les résultats d’une nouvelle sous-publication RCT chez 60 personnes en surpoids et obèses par Sara Engel et autres (European Journal of Clinical Nutrition, accepté pour sa publication), qui visait à comparer l’effet d’une consommation quotidienne d’un litre de boisson sucrée hypocalorique, d’eau, de lait faible en gras et de boisson sucrée sur la sensibilité à l’insuline et les lipides sanguins. Ce qui est important, ce RCT à long terme a révélé qu’il n’y avait pas de différence entre les différents groupes de boissons en ce qui concerne les indices de résistance à l’insuline, après 6 mois de consommation continue. En outre, et par rapport aux effets sur les lipides sanguins, la consommation quotidienne de boissons sucrées a conduit à des niveaux plus élevés de cholestérol total et de triglycérides dans le sang, par rapport aux boissons sucrées hypocaloriques.

Les résultats de ce nouveau RCT sont d’une grande importance, car les études individuelles sur les animaux qui appuient cet apport d’édulcorants à long terme peuvent contribuer à la résistance à l’insuline et rejeter le diabète de type 2 chez les humains. Au contraire, cet essai confirme que les édulcorants n’affectent pas la sensibilité à l’insuline et n’ont aucun impact sur les marqueurs de risque du diabète de type 2 chez les adultes obèses et en surpoids, qui consomment fréquemment des édulcorants hypocaloriques pour gérer leur apport calorique et de sucre.

Résultat d’une réunion de Consensus sur les édulcorants hypocaloriques

Les conclusions d’une réunion de Consensus latino-américaine, tenue en juillet 2017 à Lisbonne concernant l’utilisation, la sécurité, le rôle et les bienfaits des édulcorants hypocaloriques ont été présentées par le professeur Lluís Serra-Majem, Université de Las Palmas de Gran Canaria, Espagne, lors d’un colloque scientifique organisé par la Fondation Espagnole de Recherche Nutritionnelle (FIN) et la Fondation Espagnole de Nutrition (FEN), dans le cadre du 21ème Congrès International de Nutrition.

Les experts de cette réunion ont insisté sur le fait qu’il est de la plus haute importance pour les consommateurs de trouver des informations crédibles et factuelles sur l’utilisation des édulcorants hypocaloriques, en particulier, à la lumière des sources multiples d’informations non fiables, principalement en ligne et sur Internet, les réseaux sociaux, qui fournissent des informations inexactes et trompeuses sur les problèmes de nutrition et de santé dans leur ensemble, y compris sur la science des édulcorants hypocaloriques. Par conséquent, la publication et la communication ultérieure au public d’un document de Consensus présentant l’état de l’art en relation avec des preuves solides sur l’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories peuvent aider à rapprocher la science des consommateurs.

Pour plus d’informations sur le symposium scientifique organisé par la Fondation Espagnole pour la Recherche Nutritionnelle (FIN) et la Fondation Espagnole pour la Nutrition (FEN), lisez les communiqués de presse pertinents sur en cliquant ici.

Mise à jour sur la santé et la sécurité des édulcorants hypocaloriques

Lors d’un symposium scientifique organisé par l’Institut international des sciences de la vie (ILSI), le professeur Peter Rogers de l’université de Bristol, Royaume-Uni, le professeur Xavier Pi-Sunyer du Columbia University Medical Center aux États-Unis, le Dr Ashley Roberts, d’Intertek Regulatory & Scientific Consultancy et le Dr France Bellisle, de l’Université Paris, France, ont fourni des preuves en réponse aux questions soulevées dans la presse populaire et par les communautés de santé publique concernant les avantages potentiels et la sécurité des édulcorants hypocaloriques.

Certaines des remarques clés des intervenants de cette session comprennent :

  • Au contraire des suggestions précoces selon lesquelles les édulcorants hypocaloriques pourraient renforcer l’appétit naturel pour la douceur et stimuler paradoxalement la consommation d’autres produits sucrés (contenant du sucre), des études d’intervention montrent que les édulcorants hypocaloriques calment plutôt qu’ils ne favorisent les produits sucrés et facilitent la réduction de l’apport en sucre.
  • Dans l’ensemble, le reste de la preuve montre queles édulcorants hypocaloriques semblent être utiles pour réduire l’apport calorique et donc la gestion du poids.
  • Un nombre considérable d’essais cliniques sur des produits édulcorés hypocaloriques ont été effectués au fil des ans et la plupart ont montré peu ou aucun impact sur les niveaux de glucose, pendant les essais à court terme et à plus long terme.
  • Les édulcorants hypocaloriques comptent parmi les ingrédients alimentaires les plus étudiés. La sécurité de tous les additifs alimentaires, y compris des édulcorants hypocaloriques, est évaluée par des examens approfondis menés par les autorités réglementaires et des comités tels que le Comité mixte de la FAO/OMS d’experts des additifs alimentaires (JECFA), la Food and Drug Administration des États-Unis (U.S.) et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Pour plus d’informations sur le symposium scientifique organisé par ILSI Amérique du Nord et ILSI Europe, consultez les résumés des conférenciers sur en cliquant ici.