Les édulcorants à faible teneur en calories utilisés dans les boissons n’ont pas d’effet sur la prise alimentaire ni sur le penchant pour les sucreries


Publié: 21 mars 2018

Résultats d’une nouvelle étude comparant les effets des boissons sucrées à faible teneur en calories et de l’eau sur le comportement alimentaire d’adultes sains

Points clés :

  • Les boissons sucrées à faible teneur en calories et l’eau ne diffèrent pas quant à leur impact sur l’apport en calories, sucres et aliments sucrés, après une consommation brève ou plus prolongée, selon une nouvelle étude
  • L’appétit pour le goût sucré n’est pas accru par les édulcorants à faible teneur en calories, ni chez les consommateurs occasionnels ni après une période d’habituation
  • Ces résultats indiquent que la prise de boissons sucrées à faible teneur en calories n’altère pas le comportement alimentaire des consommateurs non habituels ou fréquents d’édulcorants à faible teneur en calories.
  • Lorsqu’ils remplacent le sucre, les édulcorants à faible teneur en calories peuvent aider à réduire l’apport énergétique et en sucre total et, par conséquent, constituer des outils utiles pour le contrôle de calories et la gestion du poids

Les gens consomment des aliments et boissons sucrés à faible teneur en calories, de même que des édulcorants de table, pour une très simple raison : réduire leur consommation en sucre et gérer ainsi leur apport calorique journalier. Et, en fait, cela correspond à l’utilisation prévue et au bénéfice attendu de l’emploi d’édulcorants à faible teneur en calories. En effet, il existe un nombre important d’études réalisées sur des humains, d’une durée allant du court au plus long terme, indiquant que l’utilisation d’édulcorants à faible teneur en calories à la place du sucre peut aider à réduire notre apport calorique total et donc collaborer aux efforts de perte de poids, dans le contexte d’un régime basses calories1.

Bien qu’il soit tout à fait raisonnable que la plupart des études comparent les édulcorants à faible teneur en calories – ainsi que les aliments et boissons en contenant – avec le sucre et les produits sucrés quant aux effets sur l’apport énergétique et alimentaire ou l’appétit, il y a cependant des questions en ce qui concerne leur utilisation par des consommateurs occasionnels d’édulcorants à faible teneur en calories ou leur impact sur l’appétit, l’envie et la consommation d’aliments sucrés, en comparaison par exemple avec l’eau. Par conséquent, un nouvel essai clinique effectué par Fantino et al2 analysant les effets à court et plus long terme des boissons sucrées à faible teneur en calories par rapport à l’eau sur l’appétit et la prise alimentaire chez des consommateurs “naïfs” et après une période d’habituation est particulièrement important car il apporte des preuves en réponse aux questions précédentes.

L’appétit pour les aliments sucrés et leur consommation ne sont pas affectés par les édulcorants à faible teneur en calories

Ce nouvel essai randomisé contrôlé (ERC)2 sur un échantillon de 166 adultes français sains visait à tester l’hypothèse selon laquelle les boissons contenant des édulcorants à faible teneur en calories et l’eau ne différeraient pas quant à leur impact sur l’apport en calories, sucres et aliments ou sur l’appétit. Afin d’analyser cette hypothèse, les sujets de l’étude ont inclus des personnes non consommatrices d’édulcorants à faible teneur en calories et les effets de consommation au moment des repas ont été testés avant et après l’habituation, en phase aiguë ou après une exposition plus prolongée, dans des conditions de laboratoire contrôlées ou chez eux.

En ce qui concerne les effets de pré-habituation chez les sujets “naïfs”, une consommation journalière élevée de boissons sucrées à faible teneur en calories au moment des repas (3 x 330 ml sur deux jours) n’a pas modifié leur apport énergétique total en comparaison avec la même consommation d’eau. En laboratoire, l’apport en sucres a été inférieur avec les boissons sucrées à faible teneur en calories et l’évaluation de la faim, plénitude et envie de manger obtenue sur l’ensemble de la journée a été très similaire entre les boissons sucrées et l’eau.

Après une période d’habituation de 5 semaines, les apports calorique et alimentaire totaux n’ont pas changé parmi le groupe prenant des boissons sucrées à faible teneur en calories par rapport au groupe de contrôle (eau) et, comme prévu, il n’y a pas eu de différence dans le poids corporel entre les deux groupes. De plus, il n’y a pas eu de variation quant au choix et à la consommation d’aliments sucrés, ni d’effet sur l’évaluation de l’appétit, la faim, la plénitude et l’envie de manger.

Résultats de l’étude dans le cadre de la gestion du sucré

Un résultat clé de cette étude est donc que le comportement alimentaire général et l’appétit pour les aliments sucrés ainsi que leur choix et consommation n’ont pas été affectés par une exposition brève ou plus prolongée aux édulcorants à faible teneur en calories. Ainsi, dans la ligne de rapports précédents3,4, les résultats actuels ne corroborent pas les affirmations selon lesquelles les édulcorants à faible teneur en calories peuvent accroître l’apport alimentaire et le gain de poids corporel en désaccouplant le goût sucré et en perturbant les comportements alimentaires.5 Tel que souligné par le Professeur Marc Fantino, chercheur clé dans cette étude, lors d’un entretien vidéo : “Notre étude prouve clairement que la consommation de boissons sucrées à faible teneur en calories [dans la pratique, zéro calorie] n’a pas d’impact négatif sur le comportement alimentaire en comparaison avec l’eau, ni à court ni à long terme.

Alors que la recherche a été axée sur la comparaison entre les boissons de régime et les boissons sucrées, relativement peu d’études expérimentales ont comparé les effets à long terme des boissons sucrées à faible teneur en calories avec ceux de l’eau. C’est là que la présente étude de non-infériorité apporte des preuves supplémentaires dans ce domaine et confirme qu’une exposition brève et plus prolongée aux édulcorants à faible teneur en calories dans les boissons, en comparaison avec l’eau, ne modifie pas les réponses d’apport alimentaire en termes d’apport énergétique total et n’accroît pas le choix et la consommation d’aliments contenant du sucre. En fait, un apport en sucres et un choix d’aliments au goût sucré nettement inférieurs parmi le groupe prenant des édulcorants à faible teneur en calories, aussi bien dans des conditions de courte durée qu’après habituation, suggèrent que les boissons sucrées à faible teneur en calories au moment des repas peuvent rassasier l’appétit pour le sucré chez des adultes ayant un poids normal, en accord avec des observations antérieures.

Dans le cadre du débat sur les édulcorants à faible teneur en calories et tout effet sur la préférence pour le goût sucré, Prof. Fantino a clarifié que : “Contrairement à ce qui est fréquemment affirmé, quant aux effets des édulcorants intenses sur le comportement alimentaire, ‘le sucre n’appelle pas nécessairement le sucré’. Dans notre étude, pour les deux types de consommateurs, le fait qu’ils prennent des boissons sucrées à faible teneur en calories n’a pas conduit à un accroissement de leur préférence pour les aliments sucrés par rapport aux aliments salés, ni à une modification de leurs choix alimentaires ou de leurs sensations de faim et de satiété.

Pour plus de renseignements sur cette étude, nous vous invitons à regarder l’entretien vidéo avec le Professeur Marc Fantino, France, ci-dessous ou en cliquant ici.

Références

  1. Rogers, P. J., Hogenkamp, P. S., de Graaf, et al. Does low-energy sweetener consumption affect energy intake and body weight? A systematic review, including meta-analyses, of the evidence from human and animal studies. Int J Obes (Lond) 2016;40:381-94
  2. Fantino M, Fantino A, Matray M, Mistretta F. Beverages containing low energy sweeteners do not differ from water in their effects on appetite, energy intake and food choices in healthy, non-obese French adults. Appetite 2018; Mar 8. pii: S0195-6663(18)30066-7. doi: 10.1016/j.appet.2018.03.007. [Epub ahead of print]
  3. Rogers, P. The role of low-calorie sweeteners in the prevention and management of overweight and obesity: evidence v. conjecture. Proceedings of the Nutrition Society, 2017 Nov 23: 1-9
  1. Bellisle, F. Intense Sweeteners, Appetite for the Sweet Taste, and Relationship to Weight Management. Curr Obes Rep 2015;4:106-10
  2. Burke, M. V. & Small, D. M.. Physiological mechanisms by which non-nutritive sweeteners may impact body weight and metabolism. Physiol Behav 2015;152:381-8.