Les recherches de haute qualité montrent de façon cohérente les avantages de l'utilisation des édulcorants à faible teneur en calories dans les efforts de contrôle du poids corporel


Publié: 17 juillet 2017

Déclaration de l'ISA en réponse à l'étude Azad et al

Les conclusions d'une nouvelle revue systématique d'Azad et al.1 comme quoi les édulcorants à faible teneur en calories pourraient être liés au risque de gain de poids et de maladie cardiaque sur la base des résultats des études de cohortes d'observation ne sont pas soutenu par l'ensemble des données probantes provenant des différentes études d'intervention humaines bien conçues et des précédents examens systématiques et méta-analyses2, 3. Il est important de noter que ces affirmations ne sont pas confirmées par les résultats de la méta-analyse des essais contrôlés randomisés (ECR) réalisés par les auteurs de ce document.

En effet, un grand nombre d'essais humains ont constamment démontré que les édulcorants à faible teneur en calories peuvent être utiles dans le contrôle du poids corporel, lorsqu'ils sont utilisés en remplacement du sucre et dans le cadre d'un régime alimentaire et d'un mode de vie sains. Contrairement aux affirmations faites par Azad et al., les études d'observation de cohortes, de par leur conception, ne démontrent pas et ne permettent pas de démontrer que les édulcorants à faible teneur en calories sont liés à un gain de poids corporel ou à une maladie cardiaque, car ils sont sujets à des indications erronées; et une causalité inverse ne peut être exclue. Il est important de noter qu'il n'y a pas eu un seul essai contrôlé randomisé publié, la référence ultime en matière de recherche nutritionnelle, qui a démontré que les édulcorants à faible teneur en calories peuvent entraîner un gain de poids corporel ou avoir un effet négatif sur la santé.

Pour mettre les conclusions de la publication de Azad et al. en contexte, certaines études d'observation constatent que les personnes en surpoids ou obèses, les personnes souffrant de diabète ou d'autres problèmes de santé cardiométaboliques qui accompagnent généralement l'obésité, ont tendance à utiliser plus fréquemment des édulcorants à faible teneur en calories. Cependant, cela pourrait être dans le cadre dans leur tentative et en tant que stratégie pour réduire leur consommation de calories et de sucre, qui est la recommandation habituelle en matière de régime alimentaire dans ce type de condition de santé. En outre, dans la plupart des études d'observation, l'ajustement pour les variables liées à l'adiposité atténue ou diminue les relations observées, ce qui ne conduit plus à des associations significatives.4

Afin de pouvoir attribuer l'observation de taux d'obésité plus élevés chez les consommateurs fréquents d'édulcorants à faible teneur en calories à l'utilisation d'édulcorants à faible teneur en calories en soi, plutôt qu'à d'autres facteurs de confusion non mesurés, ce qui signifie une déterminer causalité, un essai de type contrôlé randomisée est nécessaire. Il s'agit de l'unique type d'étude dans les études humaines qui augmente le niveau de démonstration de la cause et de l'effet, et dans le cas de l'effet des édulcorants à faible teneur en calories sur le poids corporel, les éléments probants des ECR sont clairs et cohérents en démontrant un avantage modeste de l'utilisation d'édulcorants à faible teneur en calories dans la perte de poids corporel et le maintien du poids.2, 3 Il est important de noter que des essais de plus longue durée ont montré une perte de poids plus élevée et un meilleur maintien avec une utilisation d'édulcorants à faible teneur en calories.5, 6

Étonnamment, les auteurs soutiennent également que les éléments probants des ECR ne supportent pas clairement les avantages escomptés pour les édulcorants non nutritifs dans la gestion du poids corporel, cependant, les critères de sélection utilisés pour la méta-analyse des ECR dans cette étude ont conduit à l'exclusion de plusieurs essais cliniques bien conçus qui ont été inclus dans un examen et une méta-analyse préalable, plus approfondie et plus rigoureuse de Rogers et al.3

À une période où l'obésité et les problèmes de santé connexes augmentent, les édulcorants à faible teneur en calories peut s'avérer être un outil alimentaire utile lorsqu'utilisés dans le cadre d'une alimentation équilibrée et d'un mode de vie sain, selon les conclusion de l'ensemble des données probantes qui déterminent que, dans l'ensemble leur utilisation en remplacement du sucre entraîne une réduction de la consommation d'énergie et une perte modérée de poids corporel. 

Références

  1. Azad M., Abou-Setta AM., Chauhan BF., et al. Nonnutritive sweeteners and cardiometabolic health: a systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials and prospective cohort studies (Les édulcorants non nutritifs et la santé cardiométabolique : un examen systématique et une méta-analyse des essais contrôlés randomisés et des études prospectives de cohortes). Canadian Medical Association Journal, Juillet 2017; 189: E929-39
  2. Miller PE, Perez V. Low-calorie sweeteners and body weight and composition: a meta-analysis of randomized controlled trials and prospective cohort studies (Les édulcorants à faible teneur en calories et le poids et la composition du corps : une méta analyse des essais contrôlés randomisés et des études prospectives de cohorte). Am J Clin Nutr 2014; 100: 765-77.
  3. Rogers PJ, Hogenkamp PS, de Graaf C, et al. Does low-energy sweetener consumption affect energy intake and body weight? (La consommation d'édulcorants à faible à faible teneur en calories affecte-t-elle l'apport énergétique et le poids corporel?) A systematic review, including meta-analyses, of the evidence from human and animal studies (Une revue systématique, incluant des méta-analyses, des données probantes provenant d'études humaines et animales). Int J Obes (Lond) 2016; 40: 381-94.
  1. Romo-Romo A., Aguilar-Salinas CA, Gomez-Diaz RA., et al. Non-nutritive sweeteners: Evidence on their association with metabolic diseases and potential effects on glucose metabolism and appetite (Les édulcorants non nutritifs : preuves de leur association avec les maladies métaboliques et les effets potentiels sur le métabolisme du glucose et sur l'appétit). Rev Invest Clin. 2017 May-Jun; 69(3): 129-138
  2. Blackburn GL, Kanders BS, Lavin PT, et al. The effect of aspartame as part of a multidisciplinary weight-control program on short- and long-term control of body weight (Les effets de l'aspartame dans le cadre d'un programme multidisciplinaire de contrôle du poids sur le contrôle à court et à long terme du poids corporel). Am J Clin Nutr 1997; 65: 409-18
  3. Peters JC, Beck J, Cardel M, et al. The effects of water and non-nutritive sweetened beverages on weight loss and weight maintenance: a randomized clinical trial (Les effets de l'eau et des boissons sucrées non nutritives sur la perte de poids et le maintien du poids : un essai clinique randomisé). Obesity (Silver Spring) 2016; 24: 297-304