Les avantages des édulcorants à faible teneur en calories dans le contrôle du poids sont bien documentés


Publié: 04 avril 2017

Déclaration de l'ISA en réponse à un communiqué de presse de la Endocrine Society

L'ensemble des données probantes soutenant les avantages des édulcorants à faible teneur en calories dans le contrôle du poids corporel éclipse les revendications d'une nouvelle étude sur le sucralose présentée lors de la 99ème réunion annuelle de la Endocrine Society (ENDO 2017) le lundi 3 avril 2017. 1

Une importante quantité de données probantes basées sur une multitude de recherche humaine et in vivo montre que, lorsqu'utilisés en remplacement du sucre, Les édulcorants à faible teneur en calories, y compris le sucralose, peuvent aider à réduire l'apport énergétique global et à la perte de poids et éclipsent la recherche publiée dans un communiqué de presse de la Endocrine Society, portant principalement sur une étude cellulaire sur le potentiel du sucralose à affecter le niveau de graisse corporelle.

Les conclusions tirées par les chercheurs sont totalement incompatibles avec les études beaucoup plus complètes, et mettent en avant des conclusions à la fois excessives et inflammatoires et un manque de rigueur scientifique. En outre, les types d'études présentés à l'ENDO 2017 ne sont pas les types d'études qui peuvent être considérés comme appropriés pour une évaluation réelle des effets sur le poids corporel humain ou sur l'adiposité.

Les résultats rapportés sont annulés par de nombreuses études de recherche in vivo qui montrent que les édulcorants à faible teneur en calories, y compris le sucralose, n'augmentent ni le poids corporel ni l'adiposité. En effet, un essai clinique randomisé de deux mois (ECR) avec 47 participants, avec une consommation quotidienne de 1 litre de boissons diététiques n'a pas provoqué de stockage de graisse dans le foie, les muscles ou de dépôt de graisse viscérale, ayant en fait des effets similaires à ceux de l'eau 2. De façon similaire, dans une autre ECR, la concentration de lipides intra-hépatiques (graisses) a été réduite à 74 % des valeurs initiales lorsque les participants à l'étude ont remplacé leur consommation quotidienne de boissons sucrées par des boissons contenant des édulcorants à faible teneur en calories, incluant des boissons contenant du sucralose 3. En outre, deux nouvelles études sur les rongeurs soutiennent encore la preuve que le sucralose ne cause pas de prise de poids4, 5. Il est important de noter qu'un grand nombre d'essais cliniques randomisés et des examens systématiques bien conçus ont montré de façon répétée que, lorsqu'ils sont utilisés en remplacement du sucre, les édulcorants à faible teneur en calories peuvent contribuer à la réduction de l'apport énergétique et à la perte de poids corporel6, 7, 8.

Il est largement reconnu par la communauté scientifique qu'il est essentiel à la fois d'éviter des conclusions prématurées qui pourraient résulter d'une étude de recherche isolée, notamment lorsque peu de détails sont disponibles; et d'examiner les données probantes dans leur ensemble. L'ensemble des données probantes, basé sur une multitude de recherches bien conçues, soutient que tous les édulcorants à faible teneur en calories approuvés peuvent contribuer à réduire l'apport en sucre de façon tout à fait sûre. Ils peuvent être un outil utile dans les stratégies nutritionnelles pour maintenir ou visant à faire baisser le poids corporel et le niveau de graisse.

Références

  1. https://www.eurekalert.org/pub_releases/2017-04/tes-lsp040117.php
  2. Maersk et al. Sucrose-sweetened beverages increase fat storage in the liver, muscle, and visceral fat depot: a 6-mo randomized intervention study (Les boissons sucrées à la saccharose augmentent le stockage des graisses dans le foie, les muscles et le dépôt de graisse viscérale: une étude d'intervention randomisée de 6 mois). Am J Clin Nutr 2012;95:283-9.
  3. Campos et al. Sugar- and artificially sweetened beverages and intrahepatic fat: A randomized controlled trial (Boissons sucrées au sucre naturel et sucrées artificiellement et la graisse intrahépatique : Un essai contrôlé randomisé). Obesity (Silver Spring). 2015 Déc.;23(12):2335-9.
    Autres références...
  1. Tordoff MG. et al. Does eating good-tasting food influence body weight? (Le fait de manger des aliments ayant un bon goût influence t-il le poids corporel?) Physiol Behav 2016 Déc. 15; 170: 27-31. doi: 10.1016/j.physbeh.2016.12.013. [Epub avant impression]
  2. Soto M et al. Metabolic effects of intermittent access to caloric or non-caloric sweetened solutions in mice fed a high-caloric diet (Effets métaboliques de l'accès intermittent à des solutions sucrées caloriques ou non caloriques chez des souris soumises à un régime calorique élevé). Physiol Behav. 2017 Mar 24. pii: S0031-9384(16)31198-2. doi: 10.1016/j.physbeh.2017.03.024. [Epub avant impression]
  3. Miller, P.E., Perez, V. (2014) Low-calorie sweeteners and body weight and composition: a meta-analysis of randomized controlled trials and prospective cohort studies (Édulcorants à faible teneur en calories et poids et composition du corps : une méta-analyse d'essais contrôlés randomisés et d'études prospectives de cohorte), American Journal of Clinical Nutrition, vol. 100 [pages. 765-777]
  4. Rogers PJ. et al. Does low-energy sweetener consumption affect energy intake and body weight? (La consommation d'édulcorants à faible à faible teneur en calories affecte-t-elle l'apport énergétique et le poids corporel?) A systematic review, including meta-analyses, of the evidence from human and animal studies (Une revue systématique, incluant des méta-analyses, des données probantes provenant d'études humaines et animales). Int J Obes, 2016; 40(3): 381-94.
  5. Peters, J. C., & Beck, J. Low Calorie Sweetener (LCS) use and energy balance (Utilisation d'édulcorants à faible teneur en calories (LCS) et bilan énergétique). Physiology & behavior, 2016; 164: 524-528
  6. Hide