Les experts internationaux développent un consensus sur les édulcorants en tant que remplacement du sucre


Publié: 04 juillet 2017

Les experts internationaux en alimentation, nutrition, diététique, endocrinologie, activité physique, pédiatrie, soins infirmiers et santé publique se sont rencontrés à Lisbonne pour développer un consensus sur les édulcorants à faible teneur ou non caloriques utilisés comme substituts du sucre et autres édulcorants riches en calories

Hier et aujourd'hui, un total de 67 experts ont analysé le rôle de ces édulcorants dans la sécurité alimentaire, leur réglementation et les aspects nutritionnels et alimentaires de leur utilisation dans les aliments et les boissons.

Cet événement a été organisé par la Fondation espagnole pour la recherche nutritionnelle (FIN) en collaboration avec l'Université Lusófona de Lisbonne et avec le soutien de 42 organisations et fondations spécialisées dans la nutrition et la diététique, les sociétés médicales, les universités et les centres de recherche en Europe et en Amérique latine.

L'objectif de la FIN, selon les organisateurs, est d'examiner et de communiquer les aspects inhérents à la sécurité et aux avantages des édulcorants à faible teneur ou non caloriques en tant que substituts du sucre.

La FIN vise, avec ce consensus, à contribuer à la réduction de la consommation de sucres ajoutés dans les aliments et les boissons, dans le cadre des efforts dans la prévention et le traitement de l'obésité et des maladies connexes.

Les édulcorants à faible teneur ou non caloriques sont utilisés dans une variété de produits par l'industrie alimentaire et des boissons, tels que les glaces, les milk-shakes, les boissons à base de fruits et légumes, les jus, les yaourts, les boissons gazeuses, les biscuits, les gommes à mâcher, les bonbons et même dans les produits pharmaceutiques.

Le Président de la FIN, Lluís Serra-Majem, professeur de Médecine Préventive et Santé Publique, Directeur de l'Institut de Recherche Biomédical et de Recherche en Santé de l'Université de Las Palmas, est l'un des directeurs de la réunion et contributeur au consensus.

« Les édulcorants ont été utilisés en toute sécurité par des consommateurs partout dans le monde depuis plus d'un siècle; ils constituent un élément d'intérêt incontestable et d'actualité, pour lequel, cependant, il existe un certain manque de connaissances dans certains groupes de la population et dans certains domaines universitaires », a-t-il déclaré.

Le co-directeur de la réunion, Nutritionniste au Coimbra Children's Hospital, Sergio Cunha Velho de Sousa, a déclaré : « Les édulcorants à faible teneur ou non caloriques offrent aux personnes souffrant de diabète des alternatives pour profiter des goûts sucrés sans augmenter les taux de glucose dans le sang. »

« La majorité des études qui étudient le rôle de ces édulcorants » - a ajouté ce nutritionniste - « ont démontré que le fait de remplacer les aliments et les boissons avec des versions contenant moins de calories, ou pas de calories du tout, peut entraîner une réduction de l'apport énergétique global et jouer un rôle important dans la gestion du poids corporel ».

France Bellisle, chercheur principal à l'Unité d'épidémiologie nutritionnelle de l'Université de Paris 13, a souligné que « ces édulcorants sont utilisés pour maintenir le goût sucré des aliments et des boissons, sans avoir à ajouter la charge calorique du sucre ».

L'obtention d'une autorisation pour un nouvel édulcorant à faible teneur ou non calorique est un processus long et scientifiquement rigoureux, a déclaré la FIN en ajoutant : « Les candidats ne peuvent demander l'approbation d'un édulcorant à faible teneur ou non calorique qu'après l'avoir soumis à des tests rigoureux et avoir présenté des preuves sur la sécurité et l'utilité du produit ».

Source :

http://www.efesalud.com/expertos-internacionales-elaboran-consenso-edulcorantes-sustituto-azucar/